La basse vallée de la Clarée

Retour dans la vallée de la Clarée que j’avais découvert en automne. J’ai pris le temps de m’arrêter dans les villages. La neige y était encore bien présente. Après Névache, stop pour la voiture… il faut continuer à pied !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Plampinet

Nevache

Le cimetière et les tombes ensevelies sous la neige

Vallouise Pelvoux

Retour dans cette vallée que j’avais découvert en automne. La voici sous la neige.

Vallouise-Pelvoux résultant de la fusion des deux communes en 2017, est située au cœur du massif des Écrins, dans la vallée qui suit les vallées du Gyr et de l’Onde, naissance de la Gyronde. Sur son territoire, se trouvent les plus hauts sommets du massif des Écrins : la Barre des Écrins (4 102 mètres), le Dôme de Neige des Écrins (4 015 mètres), L’Ailefroide (3 954 mètres), le Mont Pelvoux (3 943 mètres) entre autres.

Les villages anciens sont souvent bâtis en fond de vallée, et ils comportent des hameaux d’alpage. L’architecture locale est typique. Le patrimoine naturel comporte de vastes espaces naturels et des zones protégées : parc national des Écrins, réserves naturelles, zones Natura 2000. Son patrimoine architectural et culturel est également remarquable.

Jolie balade dans la neige…

Retour par la statue de Edward Whimper sous le soleil

Cliquer sur la photo pour voir la série Vallouise.

Le Pelvoux

Cliquer sur la photo pour voir la série Edward mise à jour.

Edward Whymper

Cette statue s’appelle : L’alpiniste Edward WHYMPER, gravissant la Barre des Ecrins.

La statue haute de près de 6 mètres est réalisée en acier Corten, et a été érigée le 17 juillet 2009 sur la commune de l’Argentière-la-Bessée. Pour en savoir plus sur ce personnage, le plus célèbre des alpinistes de son temps, il faut lire cet article du Dauphiné libéré

Elle a été réalisée à l’occasion du Centenaire du Bureau des Guides des Ecrins pour rappeler que ce « métier est celui qu’il faut apprendre quotidiennement et qu’on n’en finit jamais d’écrire : c’est le métier d’homme. Et qu’est-ce qu’un homme ? C’est un être debout qui se hausse sur la point des pieds pour apercevoir l’univers ».

Bon, aujourd’hui, on apercevait pas grand chose…

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le Mur – Evazésir

Infos relevées sur la pancarte à côté de l’oeuvre :  » Duo d’artistes urbains du collectif pluridisciplinaire No Rules Corp. Sir et Evazé marquent les lieux qu’ils explorent d’un mélange d’installation, de pochoir, de collage et de peinture. Des assemblages partiels d’objets de bois variés, issus de récupération, constituent leurs bases, sur lesquelles ils collent et peignent des portraits, des motifs et des silhouettes. Une seconde vie est donnée aux objets voués à l’oubli, à travers les notions d’histoire, d’imaginaire et de vestige.« 

Cliquer sur la photo pour voir la série du Mur.

Nancy Jardin Ephémère 2019

En version « jour » et « nuit » voici le 16ème Jardin Ephémère de Nancy : « Empreinte » qui explore les rapports de l’homme avec la nature.

Il est né d’une image dans un catalogue d’exposition, celle de la dernière création verrière d’Emile Gallé, figure emblématique du mouvement artistique de l’École de Nancy. La « main aux algues et aux coquillages » de 1904 est le ferment qui a ensemencé la création végétale et culturelle de la place Stanislas. Lire la suite sur le site de la ville de Nancy ! qui vous donnera une meilleure explication que moi

Cliquer sur la photo pour voir la série.

Le Mur

Infos tirées du site du Mur

« Le MUR Nancy est un projet artistique et culturel, mis en place et mené par quatre passionnés nancéiens (Grégory Bertin, Pierre Ligier, Séraphin Armand et Julien Pesce), s’inspirant d’une association préexistante dans la ville de Paris….
…L’engouement pour l’art urbain est devenu considérable. Le succès remporté par des événements nationaux et le grand nombre de commandes publiques impulsées par les municipalités en témoignent largement. En région Lorraine, de nombreuses initiatives voient également le jour : expositions, résidences d’artistes, festivals et événements dédiés sont autant de marqueurs de cette émulation autour de l’art urbain….
…En mettant en place ce projet sur le mur du centre commercial Saint Sébastien, l’association Le MUR Nancy souhaite créer un espace d’expression pour les artistes et s’engager dans une démarche de sensibilisation des publics. Ainsi, le MUR Nancy est à la fois un projet de production artistique et de médiation culturelle. Il œuvre dans le but de concilier ou réconcilier le spectateur avec le graffiti et le street art, en présentant les multiples facettes de ces mouvements. Enfin Le MUR Nancy, à l’image de ses homologues français (Paris, Bordeaux, Marseille, Mulhouse, Saint Étienne, etc.) est un projet qui s’engage en faveur de l’art contemporain et de son développement dans la ville et le territoire lorrain…

Chaque 3ème samedi du mois une nouvelle œuvre remplace la précédente.

En octobre/novembre 2019, c’est le tour de Popay.Il faisait partie des figures majeures pour tout amateur de la discipline. Il a traversé de nombreuses orientations artistiques, du tag pur à l’abstraction, en passant par le figuratif. Artiste incontournable et inclassable.

Cliquer sur la photo pour voir la série.

Pré de Mme Carle

Lors de l’optimum climatique médiéval (réchauffement climatique de l’an mil), le climat plus clément permet la formation d’un important alpage qui fut même habité. Cette prairie est mentionnée en 1505 dans des biens donnés par Louis XII au président du parlement du Dauphiné, Geoffroy Carle; sa femme qui hérite du lieu à la mort de son mari est à l’origine du toponyme actuel.
Un peu de géologie… Au Dryas, un maximum glaciaire permet aux glaciers Noir et Blanc de descendre plus en aval sur quelques centaines de mètres dans la vallée de la Vallouise. À leur retrait, leur moraine frontale située au niveau du pont du Ban constitue un barrage naturel qui retient en amont un lac proglaciaire. Celui-ci va se combler peu à peu par les matériaux charriés par les torrents glaciaires et constituer ainsi le pré de Madame Carle.
En septembre, ce lieu est presque désert, mais en été il paraît qu’il y a un monde fou, à tel point que le parking est payant 🙁

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le pré !

Le Glacier Blanc

Vue aval