Vallouise Pelvoux

Retour dans cette vallée que j’avais découvert en automne. La voici sous la neige.

Vallouise-Pelvoux résultant de la fusion des deux communes en 2017, est située au cœur du massif des Écrins, dans la vallée qui suit les vallées du Gyr et de l’Onde, naissance de la Gyronde. Sur son territoire, se trouvent les plus hauts sommets du massif des Écrins : la Barre des Écrins (4 102 mètres), le Dôme de Neige des Écrins (4 015 mètres), L’Ailefroide (3 954 mètres), le Mont Pelvoux (3 943 mètres) entre autres.

Les villages anciens sont souvent bâtis en fond de vallée, et ils comportent des hameaux d’alpage. L’architecture locale est typique. Le patrimoine naturel comporte de vastes espaces naturels et des zones protégées : parc national des Écrins, réserves naturelles, zones Natura 2000. Son patrimoine architectural et culturel est également remarquable.

Jolie balade dans la neige…

Retour par la statue de Edward Whimper sous le soleil

Cliquer sur la photo pour voir la série Vallouise.

Le Pelvoux

Cliquer sur la photo pour voir la série Edward mise à jour.

Edward Whymper

Cette statue s’appelle : L’alpiniste Edward WHYMPER, gravissant la Barre des Ecrins.

La statue haute de près de 6 mètres est réalisée en acier Corten, et a été érigée le 17 juillet 2009 sur la commune de l’Argentière-la-Bessée. Pour en savoir plus sur ce personnage, le plus célèbre des alpinistes de son temps, il faut lire cet article du Dauphiné libéré

Elle a été réalisée à l’occasion du Centenaire du Bureau des Guides des Ecrins pour rappeler que ce « métier est celui qu’il faut apprendre quotidiennement et qu’on n’en finit jamais d’écrire : c’est le métier d’homme. Et qu’est-ce qu’un homme ? C’est un être debout qui se hausse sur la point des pieds pour apercevoir l’univers ».

Bon, aujourd’hui, on apercevait pas grand chose…

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le Mur – Evazésir

Infos relevées sur la pancarte à côté de l’oeuvre :  » Duo d’artistes urbains du collectif pluridisciplinaire No Rules Corp. Sir et Evazé marquent les lieux qu’ils explorent d’un mélange d’installation, de pochoir, de collage et de peinture. Des assemblages partiels d’objets de bois variés, issus de récupération, constituent leurs bases, sur lesquelles ils collent et peignent des portraits, des motifs et des silhouettes. Une seconde vie est donnée aux objets voués à l’oubli, à travers les notions d’histoire, d’imaginaire et de vestige.« 

Cliquer sur la photo pour voir la série du Mur.

Nancy Jardin Ephémère 2019

En version « jour » et « nuit » voici le 16ème Jardin Ephémère de Nancy : « Empreinte » qui explore les rapports de l’homme avec la nature.

Il est né d’une image dans un catalogue d’exposition, celle de la dernière création verrière d’Emile Gallé, figure emblématique du mouvement artistique de l’École de Nancy. La « main aux algues et aux coquillages » de 1904 est le ferment qui a ensemencé la création végétale et culturelle de la place Stanislas. Lire la suite sur le site de la ville de Nancy ! qui vous donnera une meilleure explication que moi

Cliquer sur la photo pour voir la série.