Gemnaufaing

Sympathique boucle autour du Rongfaing, au départ de la Roche des Chats.
Découverte de la Tourbière de Gemnaufaing. Extrait du site du Grand Est : « Le site « Tourbière de Jemnaufaing » est une tête de vallée humide des Hautes-Vosges occupant une dépression qui s’allonge sur le versant nord-ouest de la crête séparant les vallées du Bouchot et de la Moselotte. Elle est fractionnée par des failles de plusieurs mètres de ressaut en replats favorables à l’installation de zones humides. Avec une altitude d’environ 1 000 m, c’est un site bien arrosé avec près de 2 000 mm de précipitations par an. »
Retour par la Pierre des 4 Communes à la lisière de la forêt. C’est une borne, ou plutôt une roche, qui marque la limite de la commune de La Bresse avec ses trois voisines, Basse-sur-le-Rupt, Cornimont et Rochesson. De là, très belle vue sur la chaîne des ballons, du Hohneck au Ballon d’Alsace.
Dans la forêt, le chemin passe à côté de la toute petite tourbière de Rondfaing. Son nom provient de sa forme ronde et du terme « faing » qualifiant les tourbières ou les marais en patois vosgien. La forêt alentour offre des conditions favorables pour certains oiseaux ou mammifères (Chouette de Tengmalm, Pic noir, cervidés…), tandis que la tourbière abrite les plantes typiques de ce milieu comme la Linaigrette vaginée ou le Rossolis à feuilles rondes. J’ai bien noté d’aller la revoir au printemps pour découvrir ces merveilles !

Cliquer sur une photo pour voir la série
La Tourbière de Gemnaufaing

La Pierre des 4 communes

La Bresse et les ballons

La tourbière de Rondfaing, dans l’ombre…

Tête de Merelle

Petite balade sympa, histoire de se changer les idées
Sur la tête de Merelle à 897 mètres d’altitude, se trouve un observatoire construit par les Scouts de France en 1964. 89 marches nous emmènent 15 mètres au dessus du sommet. De là, vue 360° aux alentours : Le Tholy, Gérardmer et le lac, les pistes de ski, Le Gazon du Faing, Le Tanet et même le Hohneck et son chalet.
Retour après avoir pris un bon bol d’air « pur » !

Cliquer sur une photo pour voir la série

Grand Ventron

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, en 1940, la crête secondaire qui passe par le Grand Ventron, le Felsach et le col d’Oderen est souvent citée comme un itinéraire privilégié par les soldats français qui fuyaient du nord vers la zone libre. À cette occasion, à la chaume du Grand Ventron, le chalet du Club alpin français cachait, restaurait, habillait cette armée en fuite avec la complicité du village.
Le massif est l’un des derniers refuges du Grand Tétras. Je l’ai entendu (mais pas vu, hélas !). Le loup a été photographié à proximité de Ventron en 2011.
La réserve naturelle nationale du Massif du Grand Ventron, créée en 1989, abrite l’une des rares forêts du massif vosgien à avoir conservé son caractère originel ainsi qu’un vaste réseau de clairières tourbeuses.
A cette saison, la chaume, entièrement recouverte de « brimbelliers », est rouge de leurs feuilles grillées par le soleil de l’été.
Dans la forêt découverte d’un mur païen (empilement de pierres). Les origines des murs païens sont longtemps restées obscures et controversées, tenant plus des contes et légendes que de faits historiques incontestables. Le qualificatif de « païen » a été donné par Léon IX, et laisse entendre que ces empilements de pierres seraient antérieures à l’ère chrétienne.

Cliquer sur une photo pour voir la série

Le Grand Ventron

Le mur païen

Sentier des crêtes

En sortant de La Bresse par la route des Américains, on débouche sur la route des crêtes, au pied du Rothenbachkopf (1316m). Cette montagne borde la route des Crêtes et se caractérise par un sommet en tête de corne, assez rare dans les Vosges où ce sont plutôt les formes arrondies qui dominent. La crête est sillonnée de chemins que je m’étais toujours promis de découvrir. Voilà, c’est fait !
Le Rainkopf voisin a été ma première halte. On y a une vue sur le Kastelberg, le lac Altenweiher et le début de la vallée de Munster.
Descente puis remontée sur le sommet du Rothen (comme disent les locaux). Vue 360° sur les Vosges. Le Rainkopf en avant du Kastelberg, de l’autre côté La Bresse, le Haut du Roc, et au Sud, le Batteriekopf.
Pour attendre le Batteriekopf, c’est plus doux. On marche presque à plat sur la crête. A l’arrivée, la vue est vraiment dégagée sur la vallée de Munster. Au Sud on voit le Schweisel et la Vallée de la Thur et le Lac de Kruth, et au Nord les ballons qu’on vient de franchir.
Retour par le sentier qui longe la route des crêtes en surplomb.
Magnifique balade !

Cliquer sur une photo pour voir la série
Au Rainkopf, vue sur le Kastelberg, le lac Altenweiher et le début de la vallée de Munster

Le Rothenbachkopf

Au Rothenbachkopf, vue sur le Batteriekopf

Au Batteriekopf, vue sur le Schweisel et la vallée de la Thur

Le Haut du Roc

Culminant à 1013 m d’altitude, sur un massif de granite recouvert de grès vosgien, ce sommet rocheux domine le secteur et offre une belle vue sur la vallée de Rupt, Vagney et Remiremont.
Ce plateau de grès est parsemé d’un grand nombre de blocs erratiques transportés par les anciens glaciers. De pareils phénomènes sont assez fréquents dans les montagnes, témoins de la glaciation. Le Haut-du-Roc, point le plus élevé où l’on trouve le grès vosgien, est par ailleurs un site naturel classé par la Direction régionale de l’Environnement de Lorraine.
Outre le large panorama qu’il offre sur la vallée de Basse-sur-le-Rupt et de la Moselotte, le Haut du Roc possède des poudingues, dalles de grès renfermant des galets, de plusieurs mètres d’épaisseur, appelées « Tables de Charlemagne ». Un calvaire érigé en 1933 se trouve sur la plateforme sommitale.

Cliquer sur une photo pour voir la série


Tables de Charlemagne

Poudingues

Lac Vert

Une petite route, un petit lac, un petit chemin pour en faire le tour, et une petite (petite, heing !) cascade… Tout est réuni pour prendre le frais dans les Vosges!
Le barrage du Lac Vert (ou Lac de Soultzeren) a été construit entre 1835 et 1837. Il a permis d’apporter l’eau à la Fecht en été et, avec d’autres ouvrages de la vallée, d’éviter que la rivière ne tombe à sec.
En juillet, la multiplication rapide d’une algue trouble les eaux du lac qui deviennent verdâtres, d’où le nom du lac.
Mais une légende explique la couleur différemment… « Satan étant venu dans la région pour lutter contre l’influence des bons moines de Munster. Il construisit un gigantesque château au dessus du lac. Mais ses affaires allant évidemment plutôt mal dans cette vallée, il détruisit lui même son édifice, lors d’un accès tonitruant de colère, et en jeta les restes dans le lac, qui prit alors la couleur verte… »

Cliquer sur la photo pour voir la série