la Piquante Pierre en hiver

Encore jamais vue en hiver sous la neige. C’est fait ! Rien à voir avec l’été que vous pouvez revoir ici : La Piquante Pierre

où je disais en préambule : La Piquante Pierre, un des plus hauts sommets de la commune de Basse-sur-le-Rupt, de par sa situation à la fois en altitude et entourée de forêts, abrita un maquis. Ce maquis fut détruit le 21 septembre 1944 par l’armée allemande.

Loin de l’agitation des pistes de skis…

Cliquer sur les photos pour voir la série.


Lac de Lispach

Petite balade hivernale dans les Vosges sous la neige. Ici le Lac de Lispach. Ce lac, tourbière lacustre, d’une superficie de 10 ha se situe à une altitude de 900m. Un sentier bien aménagé permet d’en faire le tour tranquillement.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Les cascades de Tendon

Sur le petit ruisseau du Scouet, la grande cascade de Tendon est la plus haute (32m) et la plus importante cascade des Vosges. Plus bas, il forme aussi la petite cascade, plus sauvage et ramassée, elle est tout de même très chouette à voir, surtout en ce moment où l’eau coule en abondance. Ses eaux finiront dans la Vologne, puis la Moselle…

Cliquer sur une photo pour voir la série.

La grande cascade

La grande cascade

La petite cascade

Zooming : Le ruisseau de la Hutte. Merci au petit sapin qui m’a servi de support pour ce cliché…

Liézey

Découverte insolite à Liézey. Au bout d’un chemin, à l’orée de la forêt, le lieu-dit Le Page. Une ferme et un petit bâtiment attenant : l’ancienne fabrique des tuyaux de fontaine en bois, en activité jusqu’en 1960. Voici le texte de l’association La Fougère de Liézey, découvert sur les lieux.

“Sur deux socles de garnit, on cale un troc d’épicéa d’environ 15 cm de diamètre et de 3m de long. Deux ouvriers se placent respectivement à chaque extrémité du tronc, et creusent le bois à l’aide d’une tarière (outil constitué d’un manche en bois articulé à une longue tige de fer, possédant à son extrémité une sorte de cuiller coupante se terminant par une mèche en fer).
La bonne orientation du travail est assurée par la présence d’un guide en bois évidé en son milieu, reposant à chacune de ses extrémités sur deux barres de fer fixes et parfaitement parallèles à l’axe du tron. L’ouvrier tourne la tarière qui pénètre dans le bois grâce à sa mèche, ce qui forme une “carotte de bois” que l’on retire de proche en proche. Il faudra répéter au moins vingt fois l’opération de chaque côté du tronc afin de réussir à l’évider sur toute sa longueur”.

Ici, une image (trouvée sur le net) d’un de ces tuyaux

Image – Bassin et tuyau en bois de fontaine à LIEZEY – Le village de Liézey (88) – Skyrock.com

No Description

 

Cliquer sur une photo pour voir la série

Ce qu’il reste de la fabrique

La forêt et ses “sapins” !

 

Petites fleurs

La Nivéole de printemps, appelée populairement Claudinette, est une plante bulbeuse, qui appartient à la famille des Liliaceae.

La nivéole de printemps ressemble à une perce-neige. Sa tige mesure de 15 à 25 cm. La nivéole de printemps fleurit deux semaines plus tard que la perce-neige commune (février-mars). Ainsi, la floraison a lieu non pas au printemps, mais à la fin de l’hiver 🙂

Elle est protégée dans les régions Champagne-Ardenne, Lorraine, Picardie et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Stop cueillette ! d’autant que cette plante est toxique, comme le muguet et les perce neige.

Cliquer sur la photo. Vous allez revoir ma herbier électronique !

 

La Pissoire

Encore une belle cascade. Déjà vue en septembre, avec un tout petit filet d’eau. Aujourd’hui c’était plus fourni et c’est pourtant un petit ruisseau (La Pissoire) qui l’alimente. Vous pouvez comparer en allant visionner la série. Cliquer sur une photo.

Gérardmer

Me voici aujourd’hui à Gérardmer. Balade par le Pont des Fées, puis les iles Marie Louise et le Saut des Cuves. Pour les amateurs, voici la légende du Pont :

Il y avait un jeune chasseur si beau, si séduisant et si admirablement fait, que les femmes et les filles en étaient toutes folles. Mais lui, ne les regardait pas. Une fée sa marraine avait assuré à sa naissance qu’il arriverait aux plus hautes distinctions s’il ne se laissait séduire par aucune femme. Un jour, il s’endormit au pied du torrent à proximité d’un vieux pont construit depuis des siècles par des fées. Il fut réveillé par un baiser sur la joue. Devant lui une femme magnifique. Séduit, il s’abandonne. Elle l’embrasse. Enlacés ils roulent sur la mousse jusqu’au bord du torrent. Puis en riant aux éclats, l’ondine le précipite avec elle dans l’eau profonde. Depuis, on ne passe plus à cet endroit qu’en tremblant.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le Pont des Fées

Les iles Marie Louise tiennent leur nom d’une Duchesse de Lorraine. A cet endroit on pêchait des perles d’huitres d’eau douce. En 1737, les habitants auraient offert des perles aux Princesses Adélaïde et Victoire, filles de Louis XV, de passage à cet endroit.