Tête du Danay

Le toponyme « danay » vient du terme germanique tan signifiant « sapin » et indiquerait donc la présence d’une forêt de sapins sur les pentes du sommet. En haut, le panorama est total sur la chaîne des Aravis d’un côté et le massif des Bornes de l’autre.

A mi pente, une ferme. Son reblochon vaut le détour !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Les aravis et Les Confins de La Clusaz au pied

A mi pente, la ferme. Les Aravis en toile de fond

Le massif des Bornes, Glières, Bargy, Mont Lachat de Chatillon

Désert de Platé

Le désert de Platé est un plateau calcaire ceinturé par une succession d’arêtes bien marquées. On est ici dans le domaine privilégié du minéral. On y accède facilement par Flaine et le téléphérique des Grandes Platières.

Le lapiaz (terme savoyard venant du latin « lapis », pierre) de Platé est reconnu comme étant le plus grand d’Europe. Il recouvre la majeure partie du plateau, lui donnant à juste titre ce nom de « désert ». Les glaciers ayant dans un premier temps mis la roche à nu, celle ci fut ensuite attaquée par la neige, le gel et le ruissellement. Les actions combinées de l’érosion mécanique et chimique par l’eau, ont engendré des fissures et des rigoles pouvant atteindre un mètre de profondeur. Ces micro reliefs s’étendent sur des kilomètres et sont favorisés par la présence d’herbes, mousses et lichens producteurs de dioxydes de carbone, et accélèrent la corrosion chimique.

Pas facile de marcher sur ces roches, qui apparemment sont planes, mais il ne faut pas s’y fier…

La vue sur la chaine du Mont-Blanc est extraordinaire, bien entendu !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Aux alentours de Annecy

Petit tour autour du Lac d’Annecy aujourd’hui. Montée au Col de la Forclaz duquel on a une vue magnifique sur le Lac et Annecy.

Ensuite visite des gorges du Fier, près de Montrottier et de son château.

Depuis 1869, les gorges sont accessibles au public par une passerelle longue de 252m, suspendue à 25m au-dessus de la rivière. On pénètre à l’intérieur d’un gigantesque défilé au fond duquel coule le Fier et où l’on peut admirer des amas de blocs de rochers

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Evian

Merveilleusement située au pied des contreforts des Préalpes du Chablais, Evian est baptisée, à juste titre, la « Perle du Léman ». Cette station thermale s’étage en amphithéâtre au dessus du lac et les ruelles du centre cachent de beaux bâtiments et villas.

Une petite montée par le funiculaire a permis d’avoir une vue sympa sur le lac.

A la source Cachat, l’eau d’Evian coule gratuitement, l’occasion pour les touristes de remplir leurs bouteilles… et ils font la queue…

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Bâle

C’est la troisième ville la plus peuplée de Suisse après Zürich et Genève.

L’agglomération bâloise (800 000 hab.) est bilingue (allemand et français) et tri-nationale puisqu’elle englobe les villes de Saint-Louis et Huningue, en Alsace française, et de Weil am Rhein et Lörrach dans le Bade-Wurtemberg allemand. L’aire urbaine de Bâle est à ce titre appelée Eurodistrict de Bâle.

La ville de Bâle est également célèbre pour ses industries chimique et pharmaceutique de pointe.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

L’hôtel de ville, lieu emblématique de la ville, date de 1514. Il a été agrandi vers 1608 puis le beffroi a été ajouté au début du XXe siècle. L’ensemble combine de riches décorations murales avec une architecture mêlant styles gothique et Renaissance.

La cathédrale protestante Notre-Dame de Bâle (en allemand : Basler Münster) est un bâtiment médiéval reconnu comme l’emblème de la ville suisse. Elle est construite principalement en bloc de grès rose. Les blocs en grès clair correspondent à des phases antérieures de la construction.

À Bâle se trouve le dernier port du Rhin accessible aux péniches. Quelques dizaines de kilomètres en amont, à Schaffhouse, les chutes du Rhin sont un obstacle majeur à la navigation fluviale.

Bergame

Dernière étape de ce court voyage en Italie avec la visite de Bergame. La « ville haute » (« la città alta ») est une cité médiévale ceinte de remparts datant de la domination vénitienne, construite à partir de 1561 dans le but de faire de la ville haute de Bergame une citadelle imprenable.

On a pu déambuler tranquillement sans l’agitation des voitures, et on y a découvert les lieux symboles de la ville ; la Piazza Vecchio, définie comme plus belle place du monde par Le Corbusier (je préfère « ma » Place Stan !), l’ensemble Baptistère – Basilique Santa Maria Maggiore – Cappella Colleoni (Capitaine du XVè qui mena les campagnes de l’armée vénitienne en Italie du Nord) aux façades de marbre polychrome.

L’intérieur de la basilique est de style baroque (fin 16è). Les murs sont recouverts de tapisseries florentines du 16è et d’une autre qui fut tissée à Anvers. Devant cette profusion de riches décors, on ne sait plus où regarder !

Ce fut une belle journée finale !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

L’ensemble Basilique Santa Maria Maggiore – Cappella Colleoni

Intérieur Basilique Santa Maria Maggiore

La Piazza Vecchia vue depuis le haut de la Tour Campanone (excellent petit resto à gauche où nous avons dégusté des pâtes italiennes…

Le Lac Majeur

Il ne « neigeait pas sur le Lac Majeur » aujourd’hui… mais il faisait gris et orageux…

On en a profité pour visiter l’Ermitage de Santa Caterina del Sasso, accroché à une falaise tombant à pic dans le lac, donné sans aucun doute comme un des panoramas les plus magnifiques du Lac Majeur !

Et on a ensuite exploré le Château d’Angera. En haut de la tour, belle vue aussi sur le lac. A l’intérieur  une extraordinaire collections de 1000 poupées anciennes, principalement d’origines française et allemande.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Milan

Milan fut à l’origine une cité celte avant de devenir par la loi des armes, romaine, lombarde, française, espagnole et autrichienne. Aujourd’hui elle est le fer de lance de l’économie italienne, reine de la mode avec Paris et New York.

Une journée dans cette métropole de 4 millions d’habitants, c’est peu, bien trop peu…

Juste le temps de voir le Duomo, la galerie Victor Emmanuel, puis passer devant la Scala et faire un petit tour dans la quadrilatère de la mode !

Avec ses 12000 m² de surface, ses 108m de haut et ses 3400 statues, le Duomo figure parmi les plus grandes églises d’Europe, après Saint-Pierre de Rome et la cathédrale de Séville. Sa construction a duré 600 ans (pose de la première pierre en 1386). On s’aperçoit bien du pastiche de style : façade à double pente, comme d’après la meilleure tradition lombarde, style renaissance, quelques concessions au baroque, gothique et néogothique. Le portail central ne date que de 1908. Du haut de la terrasse on a une belle vue sur la ville.

La Galleria Vittorio Emanuelle II fut construite en 1867, sot 6 ans après l’unification italienne réalisée justement pas Vittorio Emmanuele de Savoie.

Cliquer sur une photo pour voir la série.