Liézey

Découverte insolite à Liézey. Au bout d’un chemin, à l’orée de la forêt, le lieu-dit Le Page. Une ferme et un petit bâtiment attenant : l’ancienne fabrique des tuyaux de fontaine en bois, en activité jusqu’en 1960. Voici le texte de l’association La Fougère de Liézey, découvert sur les lieux.

“Sur deux socles de garnit, on cale un troc d’épicéa d’environ 15 cm de diamètre et de 3m de long. Deux ouvriers se placent respectivement à chaque extrémité du tronc, et creusent le bois à l’aide d’une tarière (outil constitué d’un manche en bois articulé à une longue tige de fer, possédant à son extrémité une sorte de cuiller coupante se terminant par une mèche en fer).
La bonne orientation du travail est assurée par la présence d’un guide en bois évidé en son milieu, reposant à chacune de ses extrémités sur deux barres de fer fixes et parfaitement parallèles à l’axe du tron. L’ouvrier tourne la tarière qui pénètre dans le bois grâce à sa mèche, ce qui forme une “carotte de bois” que l’on retire de proche en proche. Il faudra répéter au moins vingt fois l’opération de chaque côté du tronc afin de réussir à l’évider sur toute sa longueur”.

Ici, une image (trouvée sur le net) d’un de ces tuyaux

Image – Bassin et tuyau en bois de fontaine à LIEZEY – Le village de Liézey (88) – Skyrock.com

No Description

 

Cliquer sur une photo pour voir la série

Ce qu’il reste de la fabrique

La forêt et ses “sapins” !

 

Liézey, les Croix de chemin

Extrait du blog de Liézey autour de l’auberge :

Aux temps reculés, les brigands peuplaient les forêts vosgiennes à proximité des chemins de commerce. L´Eglise essaya par plusieurs moyens de maintenir la paix et de protéger ses fidèles. Il fut ainsi décidé que toute personne qui trouverait refuge auprès d´une croix serait aussi protégée que si elle avait trouvé refuge dans une église. Les gens de l´époque ayant une peur affreuse de l´enfer, ce “droit d´asile” était en général bien respecté. Les calvaires devenaient des lieux sacrés, comme les églises et les chapelles. En hiver et par forte neige, la croix des chemins, de par sa taille, servait d´indicateur, elle était généralement placée aux carrefours. A Liézey, les croix des chemins étaient essentiellement des croix de dévotion (piété privée)

Un circuit découverte m’a permis d’en découvrir quelques unes

Cliquer sur une photo pour voir la série

Croix en grès intégrée à l’enceinte du cimetière lors de la,création de celui-ci en 1795.

Croix de Saucefaing, calvaire érigé en 1804 par le prêtre Georgel, à l’intention des âmes du purgatoire

Croix du page. Elle a été faite en 1807 pour la Gloire de Dieu.

Aulnois-sur-Seille

De 1790 à 2015, Aulnois-sur-Seille était une commune de l’ex-canton de Delme.

L’accès à ce village par la route venant de Létricourt, donne une vue étonnante sur le parc éolien situé derrière, sorte de chapeau au dessus du village.

Le Château, initialement dépendance de l’Evêché de Metz au XIVe siècle, était une place forte médiévale. A l’arrière du château, se trouvent les tours des XIVe et XVe siècles.

Charles des Armoises (+1728), gouverneur des enfants du duc Léopold de Lorraine, seigneur du village créé comte d’Aulnois puis marquis en 1726, fit reconstruire le château au XVIIIe siècle. L’architecte Germain Boffrand, premier architecte du duc, décide d’utiliser la terrasse naturelle qui surplombe la Seille. La façade est conçue en 1726.

Par la suite, proche de la zone des combats, le château connaît d’importants dommages lors de la Première Guerre mondiale mais sera progressivement reconstruit à partir de 1920 et classé Monument Historique en 1926. En 1934, les frères Maristes rachètent le château et y installent une école et un internat.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il est occupé par les jeunesses hitlériennes et subit de nouveaux dommages lors des combats de la Libération. De 1946 à 1979, diverses campagnes de travaux restaurent partiellement le château qui est ensuite laissé à l’abandon.

Il abrite désormais une école primaire publique, baptisée école des Armoises, de plus de 150 élèves ainsi qu’une association (foyer rural des Armoises) qui gère le périscolaire et la cantine sur place et y propose de nombreuses activités culturelles et sportives ainsi que diverses manifestations.

Cliquer sur une photo pour voir la série

 

 

 

La Pissoire

Encore une belle cascade. Déjà vue en septembre, avec un tout petit filet d’eau. Aujourd’hui c’était plus fourni et c’est pourtant un petit ruisseau (La Pissoire) qui l’alimente. Vous pouvez comparer en allant visionner la série. Cliquer sur une photo.

Gérardmer

Me voici aujourd’hui à Gérardmer. Balade par le Pont des Fées, puis les iles Marie Louise et le Saut des Cuves. Pour les amateurs, voici la légende du Pont :

Il y avait un jeune chasseur si beau, si séduisant et si admirablement fait, que les femmes et les filles en étaient toutes folles. Mais lui, ne les regardait pas. Une fée sa marraine avait assuré à sa naissance qu’il arriverait aux plus hautes distinctions s’il ne se laissait séduire par aucune femme. Un jour, il s’endormit au pied du torrent à proximité d’un vieux pont construit depuis des siècles par des fées. Il fut réveillé par un baiser sur la joue. Devant lui une femme magnifique. Séduit, il s’abandonne. Elle l’embrasse. Enlacés ils roulent sur la mousse jusqu’au bord du torrent. Puis en riant aux éclats, l’ondine le précipite avec elle dans l’eau profonde. Depuis, on ne passe plus à cet endroit qu’en tremblant.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le Pont des Fées

Les iles Marie Louise tiennent leur nom d’une Duchesse de Lorraine. A cet endroit on pêchait des perles d’huitres d’eau douce. En 1737, les habitants auraient offert des perles aux Princesses Adélaïde et Victoire, filles de Louis XV, de passage à cet endroit.

Wildenstein en hiver

Le Col du Bramont et ses lacets au milieu de la forêt, qui était encore bien couvert de neige, contrairement au pied du col, côté Alsace.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Col du Bramont

Cascade du Bockloch

Lac du Barrage de Kruth Wildenstein, et le barrage au fond.

La Bresse vu d’en haut

2 journées à La Bresse sous la neige. L’occasion de voir ces paysages d’en haut avec un drone. Merci et bravo au pilote !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Vue depuis le col de la Croix des Moinats

En chemin vers le Lac des Corbeaux

Route des Crêtes