Gazon du Faing et Lac Blanc

Le Gazon du Faing se situe à la limite des Vosges et de l’Alsace. C’est un sommet granitique. La vaste chaume-montagne à vaches au nom évocateur, aujourd’hui en partie abandonnée, s’étendait sur le versant lorrain. Plus de 500 hectares de hautes chaumes résiduelles sur les communes du Valtin et de Plainfaing ont fait l’objet d’une protection officielle sous forme d’une réserve naturelle nationale. Le chemin des crêtes offre une vue étendue sur le Lac Blanc (29ha). Une importante roche appelée Rocher Hans domine le lac, elle-même coiffée d’une statue de la Vierge.

Belle balade !

Cliquer sur la photo pour en voir plus

Le Gazon du Faing, au fond, le Donon

Le Lac Blanc, vu du chemin des crêtes du Gazon du Faing

Amadouvier, champignon parasite

Le maquis à La Bresse

Un peu d’histoire… celle des résistants vosgiens de la Seconde Guerre Mondiale. Wikipedia résume mieux que moi l’histoire de ces organisations qui ont résisté et de ceux qui sont tombés.

En plus de l’imposant Monument aux Morts situé dans le cimetière, il y a 3 lieux de mémoire à la Bresse : La Piquante Pierre (83 noms sur le monument), Le Monument des Combes (27 stèles en granit furent offertes par les granitiers de La Bresse) et celui de La Brayotte (ci dessous).

Minute de silence !

Cliquer sur la photo pour en voir plus

Le Moutier des fées

3 mois depuis ma dernière sortir balade nature… Me voilà dans les Vosges en toute légalité et liberté !

Les rochers du moutier des Fées se situent sur la Crête à l’Ouest du Col de Grosse Pierre à La Bresse. l’origine du nom (en patois lorrain) est : Mottei des Fées : l’église des Fées. Ces rochers sont en forme d’une vieille église. Les rochers voisins formaient « la sacristie » et c’est à cet endroit que les fées se réunissaient pour danser. Ce rocher constitue maintenant un site d’escalade. Pour les amateurs de légende, en voici une ICI

Le chemin en montant offre de belles échappées vers la Vallée du Chajoux et les carrières de granit de La Bresse.

Il passe également à travers « la montée impossible Internationale » (voir ce lien facebook qui présente des vidéos) qui oppose des prototypes (moto) aussi puissants qu’incroyables, sortis de l’imaginaire de passionnés. Le but est simple : aller le plus loin possible, le plus vite possible, dans une pente dont l’angle final d’inclinaison atteint 90 degrés !

En Suisse

Petit (ou plutôt grand) tour par la Suisse, en descendant le Col de la Forclaz, puis traversée de Martigny, et remontée par le Pas de Morgins et la belle vue sur les Dents du Midi.

Cliquer sur la photo pour voir la série.

Trient dans le Col de Forclaz. Au sud du village se trouve le glacier du Trient, source de la rivière du même nom, affluent du Rhône.

Martigny, 2ème ville du Canton du Valais. On peut y voir un château du XIIIème siècle et le Pont de la Bâtiaz (le dernier pont en bois couvert et carrossable du Valais)

Les Dents du Midi (3257m) font partie de l’ensemble géologique du massif du Giffre dans le Chablais suisse. Le 30 Octobre 2006, un volume de 1 million de m3 de roches s’est détaché du flanc de la Haute Cime et a dévalé le versant jusqu’à une altitude d’environ 3 000 m.

Combloux, Le Tour

Découverte des plus hauts sommets de France, cette fois ci, depuis la vallée de Chamonix.

De l’avis d’un montagnard avisé, Combloux est le meilleur endroit pour voir le Mont Blanc. En effet, la vue est incroyable.

J’ai ensuite remonté la vallée de l’Arve, pour m’arrêter au hameau du Tour. Une vision de carte postale, avec la neige sur les toits, la neige dans les rues. Là, se trouve la maison de Michel Croz, guide Chamoniard né en 1830, « le seul qui à l’âge d’or de l’alpinisme a su rivaliser, mais avec quel brio, avec les grands guides suisses ». Il est mort dans la chute collective qui suivit la première ascension du Cervin, le « pic le plus inaccessible des Alpes », selon Edward Whymper qui participa à l’ascension fatale (et dont je vous ai déjà parlé.). Retour par Chamonix avec la vue sur le Mont-Blanc dans l’autre sens.

Cliquer sur la photo pour voir la série.

 

Col du Lautaret

Le col du Lautaret est un col des Alpes à une altitude de 2 058 m.

Il permet d’observer notamment le chaînon de la Meije au sud-ouest et celui du Grand Galibier au nord, ainsi que plusieurs sommets du massif des Écrins. Il est le plus haut col français ouvert à la circulation automobile en hiver.

Le col du est utilisé depuis longtemps comme voie de communication entre Grenoble et Briançon, voire pour accéder à l’Italie à travers les Alpes. La route du col du Galibier, versant sud, part du col. qui fait partie du tracé de la route des Grandes Alpes. Le col est un lieu classique de pratique du snowkite.

Blanc partout avec le soleil. C’était magnifique !

Cliquer sur la photo pour voir la série.

La Roche de Rame

Je suis passée plusieurs fois par ce village de la route nationale qui mène à Briançon, au trafic assez intense et composé de camions. Hors l’étroitesse de la rue, je n’avais rien remarqué de spécial.

Puis, mon regard a été attiré par les fresques peintes sur les façades.

Alors je me suis arrêtée et je me suis intéressée à la question.

Ce village, dont les commerces ont fermé, se bat pour obtenir une route de déviation. Une association https://www.deviation-lrdr.fr/ a été créée et a soutenu ce projet de fresques.

Du coup, j’ai dégainé l’appareil photo. Bonne découverte !

Cliquer sur la photo pour voir la série.