Nancy Jardin Ephémère 2019

En version « jour » et « nuit » voici le 16ème Jardin Ephémère de Nancy : « Empreinte » qui explore les rapports de l’homme avec la nature.

Il est né d’une image dans un catalogue d’exposition, celle de la dernière création verrière d’Emile Gallé, figure emblématique du mouvement artistique de l’École de Nancy. La « main aux algues et aux coquillages » de 1904 est le ferment qui a ensemencé la création végétale et culturelle de la place Stanislas. Lire la suite sur le site de la ville de Nancy ! qui vous donnera une meilleure explication que moi

Cliquer sur la photo pour voir la série.

Papillons

Visite de la belle exposition temporaire sur les papillons au Jardin Botanique de Nancy. Nous sommes entrés dans une serre (chaude et humide) où les papillons volaient en liberté, et se posaient même sur les visiteurs, pour le plus grand plaisir des enfants.
Malheureusement, je n’ai pas identifié ces magnifiques insectes.

Cliquer sur une photo pour voir la série (et les autres…)

Saint-Nicolas

Saint-Nicolas !
En Lorraine, on connait la légende des trois petits enfants… Mais on connait moins celle du sauvetage en mer. La voici :
« Un jour où saint Nicolas se rendait en pèlerinage en Terre Sainte, il rencontra un marin et lui prédit qu’une horrible tempête allait se lever en mer. La prédiction se révéla juste. Le marin qui se trouvait sur son bateau avec tout son équipage fut pris dans le mouvement tumultueux des flots. La tempête fut si puissante que tous les passagers se crurent perdus ; mais Nicolas rendit le calme à la mer et les personnes à bord furent sauvées. Depuis ce jour, les marins ont choisi Saint-Nicolas comme patron de leur corporation. Lorsque la tempête se lève et qu’ils se sentent en danger, ils demandent au saint de veiller sur eux. Saint-Nicolas devient le saint patron des bateliers, pêcheurs, marins et mariniers, déchireurs de bateaux et débardeurs. » A Nancy, l’Association La Passerelle a organisé la fête de ce Saint Nicolas sur l’eau. Cette première édition fut très sympathique, et on espère reproduire l’an prochain.
Cliquer sur une photo pour voir la série


Nancy Jardin Ephémère 2018

Le 15e Jardin Ephémère de la place Stanislas, « Japonica », s’inspire du Japon et célèbre les relations privilégiées que Nancy entretient avec Kanazawa depuis 45 ans. Très belle réalisation cette année. J’ai beaucoup aimé !

Voici un lien vers le facebook de la ville, où on voit une photo de la Place Stan prise depuis un drone.

Cliquer sur une photo pour voir la série


La fresque de KogaOne

Une nouvelle oeuvre s’inscrit dans le paysage nancéien : la fresque de Kogaone est une commande artistique de la Ville de Nancy dans le cadre de “ADN – Art dans Nancy”. Ce projet est né à travers une collaboration avec l’association Le Mur Nancy et en partenariat avec la Société Lorraine d’Habitat, dans le cadre de la “Semaine Nationale des HLM 2018”.

Kogaone est un artiste-peintre multi-supports et multi-techniques originaire de Metz. Autodidacte pictural, il est détenteur d’un BTS en graphisme. Il a choisi ce parcours scolaire afin de s’imprégner d’une culture professionnelle moderne, développer son esprit d’analyse et stimuler sa créativité.
Les oeuvres de Kogaone marquent l’esprit du spectateur par leur ironie sombre, leurs palettes variées et leurs combinaisons inhabituelles voire dérangeantes. Son travail est aussi bien inspiré par des oeuvres de maîtres que par la condition humaine inscrite dans les codes de son époque.
Observateur attentif de ses contemporains et de leurs natures souvent contradictoires, il explore l’altération, le paradoxe, la gêne, qui surgissent lorsque le familier est déformé ou fracturé par les influences extérieures. Il dénature une scène de vie, déplace ou déforme des fragments, ou encore conjugue/oppose le photoréalisme à une peinture plus brute et expressionniste. Il joue avec la notion de réalisme qu’il distend jusqu’à l’abstraction.
Ces idées contrastées sont alors figées, sous le pinceau, dans une unité visuelle transcendantale et définitive. C’est une façon de découvrir et d’accepter la beauté singulière qui se révèle dans l’hésitation, le non achevé, l’imperfection. Les travaux de Kogaone, au filtre de sa sensibilité propre, constituent une représentation déviante et syncrétique du monde physique assailli par le domaine de l’émotion.
(source : Galerie Urbaine)