Vallée de la Clarée

La vallée de la Clarée, située dans les Hautes-Alpes, proche de Montgenèvre et Briançon et collée à la frontière franco-italienne, est un site naturel classé, proposant des paysages exceptionnels, une nature et un patrimoine préservés. Elle est traversée par la Clarée. Entre 1 400 et 2 000 m, la vallée, très enneigée l’hiver, est un patchwork d’alpages et de forêts de mélèzes.
Promenade reposante dans ce lieu bucolique

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Au pont du Moutet, vue amont, Pointe des Béraudes (2837m) et Pointe des Cerces (3098m)

Au pont du Moutet, vue aval

Cascade

Le Parpaillon

Le col se trouve à 2 783 mètres d’altitude et n’est franchi que par un ancien chemin non entretenu. La route reliant Crévoux (Hautes-Alpes) à la Condamine-Châtelard (Alpes-de-Haute-Provence), non goudronnée dans sa partie haute et non déneigée en hiver, passe par un tunnel long de 520 mètres situé à l’aplomb du col, entre 2 643 et 2 637 mètres d’altitude.
La route du Parpaillon a toujours été considérée comme d’importance stratégique. De 1692 à 1694, Catinat fit établir, par le général d’Usson, un chemin praticable à l’artillerie. La route actuelle, passant par le tunnel, a été construite par le génie militaire entre 1891 et 1900, afin d’assurer une liaison vers l’arrière pour le fort de Tournoux situé en haute Ubaye (Ligne Maginot).
Lors de la Seconde Guerre mondiale, 500 républicains espagnols réfugiés en France en 1939 furent réquisitionnés pour participer à la rénovation de la route. Au bord de la route côté Crévoux on trouve encore une « cabane des Espagnols » datant de cette époque.

Arrivés au tunnel après 20kms de piste cahoteuse, escalade du col proprement dit, dans les cailloux ou plutôt les flyschs (dépôt sédimentaire détritique) et les flyschs à helminthoïdes (dernières photos de la série). Ceux-ci se se caractérisent par des pistes serpentiformes. Contrairement à quelques fossiles exceptionnels comme les pistes de limule, on ne connait pas l’animal responsable de ces pistes malgré leur très grande abondance.
Le panorama est à couper le souffle. Le col marque la limite entre les deux départements et la descente se fait à nouveau par 20kms de piste cahoteuse.

Une journée inoubliable. Merci à mon guide particulier !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le Col, versant Hautes-Alpes

Arrivée en haut !

Le Col versant Alpes de Haute Provence

Flysch à Helminthoïdes

Papillons

Avec les plantes, découverte également des papillons, évidement ! Tout aussi difficiles à identifier. Mais un passionné m’assiste dans cette tâche. Merci à lui.
Et parmi ces papillons, certains assez difficiles à observer, parait-il, comme le ramoneur et l’apollon. Quel enchantement !

Cliquer sur les photos pour voir la série (qui comporte aussi d’anciennes découvertes).

Ramoneur (odezia atrata) sur une Rhinanthe hirsute ou crête de coq

Grand Apollon (il pleuvait, il n’a pas voulu ouvrir ses ailes…)

Géomètre à barreaux (Chiasmia clathrata)

Botanique

Me voilà rentrée chez moi, après une semaine riche en découvertes botaniques dans les prairies fleuries des Hautes Alpes.
J’ai découvert la diversité floristique de ces prairies et la difficulté de la reconnaissance botanique. Bien que chaque plante ait été photographiée (sans oublier les feuilles), il a fallu la consultation de plusieurs bouquins, et du net, pour lui trouver un nom. Parfois il a fallu se décider entre plusieurs possibilités. Si vous relevez des erreurs, n’hésitez pas à m’en faire part !

Bonnes découvertes en cliquant sur les photos pour voir la série.

Centaurée des alpes ou bleuet de montagne

Renoncules des glaciers

Trolles d’Europe

Bouquetins

Le but de la journée à Maljasset était la découverte des bouquetins sauvages. Une question nous habitait : vont-ils se montrer ? Notre guide attentionné était confiant. Si on n’en voit pas, je déménage, nous dit-il ! Après un petit temps de balade, en voilà 2 sur le chemin, puis 5, puis 10, puis un groupe d’environ 60 mâles. Extraodinaire !
Nous sommes restés là à les observer pendant un long moment, et nous avons même discrètement sorti le pique nique à côté d’eux. Puis ils sont remontés brouter l’herbe des prairies un peu plus haut.
Journée inoubliable sur tous les plans : découverte de ces animaux, paysages magnifiques, beau temps, coups de soleil !

Cliquer sur les photos pour voir la série


Maljasset

Après avoir fait le détour par Fouillouse, nous voilà dans le Vallon de Maurin et ses hameaux. Saint Antoine pour commencer, et sa petite église, puis Maljasset. Le Vallon de Maurin est une zone d’habitats construite à presque 2 000 mètres d’altitude, partie extrême du département et de la Vallée de l’Ubaye.
Au-dessus de Maurin, 11 kms plus loin, le col du Longet où la rivière Ubaye prend sa source. Au col, la rivière piémontaise Maira prend également sa source, pour devenir un affluent du Pô.
Dans le vallon se trouve la carrière de marbre utilisée au XIXe siècle. C’est une ophicalcite, appelée aussi marbre vert de Maurin. De cette carrière provient le marbre utilisé pour le tombeau de Napoléon Ier, aux Invalides.

Cliquer sur les photos pour voir la série
Maljasset la Chapelle des Pénitents

L’Ubaye et la carrière de marbre vert au dessus des maisons

Le marbre vert

Fouillouse

Fouillouse fait partie de la commune de Saint-Paul sur Ubaye.
L’accès au village, se fait depuis seulement 1883 par la route actuelle. En effet, c’est l’importance stratégique du vallon qui a rendu possible ce tracé très délicat et pittoresque actuel dont l’atout majeur est lié à l’exposition solaire de sa pente. Il y a deux ouvrages carrossables typiques impressionnants et renommés, à voie unique : le pont du Châtelet qui traverse une gorge très abrupte, surplombant l’Ubaye de plus de 100 mètres et il est suivi juste après d’un petit tunnel dans une roche très dure de 35 m, tout aussi étroit. Pour valider ce tracé, il fallut aussi imaginer deux lacets dans une pente à la déclivité marquée.
Fouillouse est longiligne, avec des quartiers. On pourrait dire actuellement trois quartiers, entre-coupés de blancs, issus de successives disparitions de maisons causées par des avalanches anciennes.

Cliquer sur les photos pour voir la série
Fouillouse

Petite Serenne vue de la route de Fouillouse

Le Pont du Châtelet

Route Napoléon entre Chauffayer et Gap

Cette route est vraiment fascinante ! Surtout lorsqu’on sort de la Lorraine grise et froide, et qu’au détour d’un virage le ciel s’éclaire sur la montagne enneigée et ensoleillée. Le séjour dans le midi de la France s’annonce bien !

Cliquer sur les photos pour voir la série

Le Dévoluy et la montagne de Faraut

Le Champsaur

Le bassin de Gap