Nancy Jardin Ephémère 2019

En version « jour » et « nuit » voici le 16ème Jardin Ephémère de Nancy : « Empreinte » qui explore les rapports de l’homme avec la nature.

Il est né d’une image dans un catalogue d’exposition, celle de la dernière création verrière d’Emile Gallé, figure emblématique du mouvement artistique de l’École de Nancy. La « main aux algues et aux coquillages » de 1904 est le ferment qui a ensemencé la création végétale et culturelle de la place Stanislas. Lire la suite sur le site de la ville de Nancy ! qui vous donnera une meilleure explication que moi

Cliquer sur la photo pour voir la série.

Le Mur

Infos tirées du site du Mur

« Le MUR Nancy est un projet artistique et culturel, mis en place et mené par quatre passionnés nancéiens (Grégory Bertin, Pierre Ligier, Séraphin Armand et Julien Pesce), s’inspirant d’une association préexistante dans la ville de Paris….
…L’engouement pour l’art urbain est devenu considérable. Le succès remporté par des événements nationaux et le grand nombre de commandes publiques impulsées par les municipalités en témoignent largement. En région Lorraine, de nombreuses initiatives voient également le jour : expositions, résidences d’artistes, festivals et événements dédiés sont autant de marqueurs de cette émulation autour de l’art urbain….
…En mettant en place ce projet sur le mur du centre commercial Saint Sébastien, l’association Le MUR Nancy souhaite créer un espace d’expression pour les artistes et s’engager dans une démarche de sensibilisation des publics. Ainsi, le MUR Nancy est à la fois un projet de production artistique et de médiation culturelle. Il œuvre dans le but de concilier ou réconcilier le spectateur avec le graffiti et le street art, en présentant les multiples facettes de ces mouvements. Enfin Le MUR Nancy, à l’image de ses homologues français (Paris, Bordeaux, Marseille, Mulhouse, Saint Étienne, etc.) est un projet qui s’engage en faveur de l’art contemporain et de son développement dans la ville et le territoire lorrain…

Chaque 3ème samedi du mois une nouvelle œuvre remplace la précédente.

En octobre/novembre 2019, c’est le tour de Popay.Il faisait partie des figures majeures pour tout amateur de la discipline. Il a traversé de nombreuses orientations artistiques, du tag pur à l’abstraction, en passant par le figuratif. Artiste incontournable et inclassable.

Cliquer sur la photo pour voir la série.

Pré de Mme Carle

Lors de l’optimum climatique médiéval (réchauffement climatique de l’an mil), le climat plus clément permet la formation d’un important alpage qui fut même habité. Cette prairie est mentionnée en 1505 dans des biens donnés par Louis XII au président du parlement du Dauphiné, Geoffroy Carle; sa femme qui hérite du lieu à la mort de son mari est à l’origine du toponyme actuel.
Un peu de géologie… Au Dryas, un maximum glaciaire permet aux glaciers Noir et Blanc de descendre plus en aval sur quelques centaines de mètres dans la vallée de la Vallouise. À leur retrait, leur moraine frontale située au niveau du pont du Ban constitue un barrage naturel qui retient en amont un lac proglaciaire. Celui-ci va se combler peu à peu par les matériaux charriés par les torrents glaciaires et constituer ainsi le pré de Madame Carle.
En septembre, ce lieu est presque désert, mais en été il paraît qu’il y a un monde fou, à tel point que le parking est payant 🙁

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le pré !

Le Glacier Blanc

Vue aval

Coulée de boue à Névache

Juin 2019, juillet 2019, de violents orages ont provoqué des coulées de boue dans la Vallée de la Clarée.
3 mois après, nous en avons découvert les traces. La forêt semble engluée, les arbres ont été écorcés par le passage de la coulée, certains sont morts, d’autres sont encore debout mais tordus, le lit du torrent a été dévié, des tonnes de matériaux ont du être dégagés pour libérer les villages et les routes. Indescriptible et impressionnant !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Une fois n’est pas coutume. La voiture est là pour faire « échelle »

La coulée a recouvert le sol de la forêt

Les arbres écorcés sont écrasés à terre

Névache

La commune de Névache est sur la frontière italienne. Elle est traversée par le 45e parallèle nord, et de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l’équateur terrestre (évidemment !) environ 5 000 km.

Vieux village, vieille église, cadrans solaires, etc. et ne petite halte gourmande bien sympa !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Vallée de la Clarée

La vallée de la Clarée, située dans les Hautes-Alpes, proche de Montgenèvre et Briançon et collée à la frontière franco-italienne, est un site naturel classé, proposant des paysages exceptionnels, une nature et un patrimoine préservés. Elle est traversée par la Clarée. Entre 1 400 et 2 000 m, la vallée, très enneigée l’hiver, est un patchwork d’alpages et de forêts de mélèzes.
Promenade reposante dans ce lieu bucolique

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Au pont du Moutet, vue amont, Pointe des Béraudes (2837m) et Pointe des Cerces (3098m)

Au pont du Moutet, vue aval

Cascade

Le Parpaillon

Le col se trouve à 2 783 mètres d’altitude et n’est franchi que par un ancien chemin non entretenu. La route reliant Crévoux (Hautes-Alpes) à la Condamine-Châtelard (Alpes-de-Haute-Provence), non goudronnée dans sa partie haute et non déneigée en hiver, passe par un tunnel long de 520 mètres situé à l’aplomb du col, entre 2 643 et 2 637 mètres d’altitude.
La route du Parpaillon a toujours été considérée comme d’importance stratégique. De 1692 à 1694, Catinat fit établir, par le général d’Usson, un chemin praticable à l’artillerie. La route actuelle, passant par le tunnel, a été construite par le génie militaire entre 1891 et 1900, afin d’assurer une liaison vers l’arrière pour le fort de Tournoux situé en haute Ubaye (Ligne Maginot).
Lors de la Seconde Guerre mondiale, 500 républicains espagnols réfugiés en France en 1939 furent réquisitionnés pour participer à la rénovation de la route. Au bord de la route côté Crévoux on trouve encore une « cabane des Espagnols » datant de cette époque.

Arrivés au tunnel après 20kms de piste cahoteuse, escalade du col proprement dit, dans les cailloux ou plutôt les flyschs (dépôt sédimentaire détritique) et les flyschs à helminthoïdes (dernières photos de la série). Ceux-ci se se caractérisent par des pistes serpentiformes. Contrairement à quelques fossiles exceptionnels comme les pistes de limule, on ne connait pas l’animal responsable de ces pistes malgré leur très grande abondance.
Le panorama est à couper le souffle. Le col marque la limite entre les deux départements et la descente se fait à nouveau par 20kms de piste cahoteuse.

Une journée inoubliable. Merci à mon guide particulier !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le Col, versant Hautes-Alpes

Le Col versant Alpes de Haute Provence

Flysch à Helminthoïdes