Bâle

C’est la troisième ville la plus peuplée de Suisse après Zürich et Genève.

L’agglomération bâloise (800 000 hab.) est bilingue (allemand et français) et tri-nationale puisqu’elle englobe les villes de Saint-Louis et Huningue, en Alsace française, et de Weil am Rhein et Lörrach dans le Bade-Wurtemberg allemand. L’aire urbaine de Bâle est à ce titre appelée Eurodistrict de Bâle.

La ville de Bâle est également célèbre pour ses industries chimique et pharmaceutique de pointe.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

L’hôtel de ville, lieu emblématique de la ville, date de 1514. Il a été agrandi vers 1608 puis le beffroi a été ajouté au début du XXe siècle. L’ensemble combine de riches décorations murales avec une architecture mêlant styles gothique et Renaissance.

La cathédrale protestante Notre-Dame de Bâle (en allemand : Basler Münster) est un bâtiment médiéval reconnu comme l’emblème de la ville suisse. Elle est construite principalement en bloc de grès rose. Les blocs en grès clair correspondent à des phases antérieures de la construction.

À Bâle se trouve le dernier port du Rhin accessible aux péniches. Quelques dizaines de kilomètres en amont, à Schaffhouse, les chutes du Rhin sont un obstacle majeur à la navigation fluviale.

Bergame

Dernière étape de ce court voyage en Italie avec la visite de Bergame. La « ville haute » (« la città alta ») est une cité médiévale ceinte de remparts datant de la domination vénitienne, construite à partir de 1561 dans le but de faire de la ville haute de Bergame une citadelle imprenable.

On a pu déambuler tranquillement sans l’agitation des voitures, et on y a découvert les lieux symboles de la ville ; la Piazza Vecchio, définie comme plus belle place du monde par Le Corbusier (je préfère « ma » Place Stan !), l’ensemble Baptistère – Basilique Santa Maria Maggiore – Cappella Colleoni (Capitaine du XVè qui mena les campagnes de l’armée vénitienne en Italie du Nord) aux façades de marbre polychrome.

L’intérieur de la basilique est de style baroque (fin 16è). Les murs sont recouverts de tapisseries florentines du 16è et d’une autre qui fut tissée à Anvers. Devant cette profusion de riches décors, on ne sait plus où regarder !

Ce fut une belle journée finale !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

L’ensemble Basilique Santa Maria Maggiore – Cappella Colleoni

Intérieur Basilique Santa Maria Maggiore

La Piazza Vecchia vue depuis le haut de la Tour Campanone (excellent petit resto à gauche où nous avons dégusté des pâtes italiennes…

Le Lac Majeur

Il ne « neigeait pas sur le Lac Majeur » aujourd’hui… mais il faisait gris et orageux…

On en a profité pour visiter l’Ermitage de Santa Caterina del Sasso, accroché à une falaise tombant à pic dans le lac, donné sans aucun doute comme un des panoramas les plus magnifiques du Lac Majeur !

Et on a ensuite exploré le Château d’Angera. En haut de la tour, belle vue aussi sur le lac. A l’intérieur  une extraordinaire collections de 1000 poupées anciennes, principalement d’origines française et allemande.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Milan

Milan fut à l’origine une cité celte avant de devenir par la loi des armes, romaine, lombarde, française, espagnole et autrichienne. Aujourd’hui elle est le fer de lance de l’économie italienne, reine de la mode avec Paris et New York.

Une journée dans cette métropole de 4 millions d’habitants, c’est peu, bien trop peu…

Juste le temps de voir le Duomo, la galerie Victor Emmanuel, puis passer devant la Scala et faire un petit tour dans la quadrilatère de la mode !

Avec ses 12000 m² de surface, ses 108m de haut et ses 3400 statues, le Duomo figure parmi les plus grandes églises d’Europe, après Saint-Pierre de Rome et la cathédrale de Séville. Sa construction a duré 600 ans (pose de la première pierre en 1386). On s’aperçoit bien du pastiche de style : façade à double pente, comme d’après la meilleure tradition lombarde, style renaissance, quelques concessions au baroque, gothique et néogothique. Le portail central ne date que de 1908. Du haut de la terrasse on a une belle vue sur la ville.

La Galleria Vittorio Emanuelle II fut construite en 1867, sot 6 ans après l’unification italienne réalisée justement pas Vittorio Emmanuele de Savoie.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Lac de Lugano

Le lac de Lugano est un lac glaciaire partagé entre la Suisse et l’Italie. Plus petit que ses voisins (Majeur et Côme) il n’en est pas moins aussi beau. Peut être même un peu plus sauvage.

Une belle grimpette sur les hauteurs de Côme nous a permis d’admirer le lac depuis Sighignola, le Balcon de l’Italie. Par temps clair, ce qui n’était pas le cas, il parait que les plus hauts sommets des Alpes y sont visibles.

Qu’importe ! La vue était saisissante.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le Lac côté Côme Le Lac côté Lugano La ville de Lugano, troisième place financière suisse et également, grâce à son climat, sa végétation luxuriante et ses paysages, un centre touristique important.

Lac de Côme

Belle journée à découvrir le Lac de Côme en bateau.

La vue des petits villages depuis le lac est très pittoresque. On dirait des poignées de maisons jetées là comme des petits cailloux. Et dans quelques écrins de verdure, de belles demeures surgissent de temps en temps, pour ravir la vue des croisiéristes !

Arrêt à Bellagio « la perle du Lac de Côme », où le musicien Franz Liszt a passé ici sa lune de miel avec Marie d’Agoult. C’est d’ailleurs là qu’est née sa fille Cosima, qui fut la femme de Richard Wagner.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Côme

Côme (en italien : Como) est une ville de Lombardie d’environ 83 000 habitants située au pied du l qui porte son nom. L’économie de Côme, jusqu’à la fin des années 1980, a été traditionnellement fondée sur l’industrie — en particulier, la ville fut mondialement célèbre pour ses fabricants de soie. Mais « grâce » aux chinois, la fabrication n’est plus le moteur de l’économie (!) et la ville a été absorbée dans la zone métropolitaine de Milan, où elle fournit essentiellement des travailleurs du secteur tertiaire.

Pour ces raisons, le tourisme est devenu de plus en plus important pour l’économie locale depuis les années 1990. La ville et le lac ont été choisis comme site de tournage de plusieurs longs métrages récents populaire, et cela, avec la présence croissante de célébrités comme George Clooney et Matthew Bellamy qui ont acheté des propriétés au bord du lac. Cela a renforcé le profil international de la ville et impulsé un nouvel élan au tourisme international (wiki)

La cathédrale Santa Maria Assunta est commencée en 1396 sur le site d’une église romane. La façade est construite en 1457, avec une rosace caractéristique et un portail datant de la Renaissance. La construction est achevée en 1740. Elle comprend un chœur sculpté du XVIe siècle et des tapisseries réalisées sur des cartons de Giuseppe Arcimboldo. Le dôme est construit dans le style rococo par Filippo Juvarra.

La Villa Olmo (villa de l’Orme en italien) est un palais néo-classique du XVIIIe siècle et un parc public. Elle fait partie des somptueuses villas italiennes à visiter du bord du lac de Côme

Nous y étions dimanche, jour de fête nationale italienne, d’où une entrée dans l’été garanti, avec 30 degrés et la foule des italiens au bord du lac !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Côme vu depuis le funiculaire qui monte à Brunate

La cathédrale Santa Maria Assunta

La Villa Olmo

Entre Nancy et Côme : la Suisse !

Traversée des Alpes par la Suisse pour arrivée à Côme, lieu de séjour pour une semaine.

Premier arrêt au bord du lac des Quatre Cantons (en allemand Vierwaldstättersee, en italien Lago dei Quattro Cantoni !). Fantastique ! Ce qui l’est moins, ce sont ses munitions volontairement immergées, qui constituent une source potentielle de pollution. 2800 tonnes sont déposées dans le lac d’Uri, au sud, auxquelles s’ajoutent 530 tonnes dans le bassin de Gersau.

Bellinzona : découverte des châteaux.

La situation stratégique de cette zone située au cœur de l’Europe, sur la route du massif du Saint-Gothard, a depuis toujours incité à construire, transformer et améliorer l’endroit, l’érigeant au cours des siècles en véritable forteresse défensive, allant jusqu’à barrer la vallée de part en part du Tessin par une muraille.

Le château de Sasso Corbaro – 15ème, situé au-dessus du château de Montebello, sur un rocher isolé, a été construit dans le but d’empêcher le contournement par la montagne du « barrage » que constituait les 2 châteaux existants (Castelgrande – 11ème et Montebello – 13ème) et la muraille qui fermait la vallée.

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Le lac des Quatre Cantons

Bellinzano et le Lac Majeur à l’horizon

Château Montebello Eglise Saint Sébastien – Artore