De la Charente au Tarn

Aujourd’hui, j’ai dérogé à la règle du « zéro autoroute »… car la distance était plus longue à parcourir. Malgré tout, j’ai fait quelques haltes bien sympathiques.

Brantôme pour commencer, jolie bourgade sur la Dronne, l’une des six villes-portes du parc naturel régional Périgord-Limousin.

Puis les gorges de l’Aveyron, qui était bien grossi par les dernières pluies et avait charrié pas mal de bois…

Enfin Cordes-Sur-Ciel. Village tout en hauteur comportant 80 mètres de dénivelé entre le haut et le bas du village. A l’office du tourisme, la personne qui m’a renseignée m’a dit : « quand cela ne montera plus, vous serez arrivée au ciel » ! J’ai eu bien du mal d’y monter, tant la pente était forte !

Cliquer sur les photos pour voir la série.



Brantôme

Cordes sur ciel

L’Aveyron

Pays Sud-Charente

Le Pays Sud-Charente se situe au sud d’Angoulême et comporte d’innombrables églises et chapelles romanes XIème et XIIème siècle, parfois très sculptées et situées dans de tout petits villages. Puyperoux date même du VIème siècle. Le point d’orgue a été la visite de l’église souterraine Saint-Jean, appelée aussi église monolithe ou troglodyte à Aubeterre sur Dronne,  « Vaut le détour ! »

Cliquer sur les photos pour voir la série.



Puyperoux

Aubeterre sur Dronne

Aubeterre sur Dronne

La Saintonge

La Saintonge est une ancienne province française dont les limites ont plusieurs fois varié avec le temps. Partie intégrante de la province romaine d’Aquitaine durant l’antiquité (Saintes devenant la première capitale de ce vaste ensemble), elle est ensuite placée dans la mouvance des rois et ducs d’Aquitaine, des comtes d’Anjou puis des comtes de Poitiers ramnulfides, avant d’être de nouveau intégrée au duché d’Aquitaine pour plusieurs siècles.
Grâce à un important ensemble patrimonial gallo-romain, médiéval et classique, Saintes est devenue une ville touristique fréquentée, affiliée au réseau national des villes et pays d’art et d’histoire depuis 1990.
L’abbaye de Fontdouce (inspiration cistercienne) est fondée vers 1111 sur les bords de la « Fontaine Douce », par Guillaume de Conchamp, seigneur de Taillebourg. Le plus ancien vestige en élévation reste les chapelles superposées (chapelles haute et basse) datant des années 1120.

Cliquer sur les photos pour voir la série.



Saintes

Saintes

L’Abbaye de Fontdouce

Ile d’Oléron

Retour du soleil !
Après les frayeurs du matin, dues aux inondations à Nancy, je suis allée faire le tour de l’île d’Oléron. Magnifique et sauvage. Je suis montée en haut du phare de Chassiron et j’ai admiré la mer. Retour aux sources à la recherche des plages de vacances quand j’étais ado. Pour finir, visite de Brouage, dont Les marais et la place forte ont été admis dans le Réseau des grands sites de France en 1989.
Une fois de plus, j’ai pris un bon bol d’air et d’iode, car le vent était au rendez vous.

Cliquer sur les photos pour voir la série.



Vue du haut du phare de Chassiron

La plage de Domino

Brouage

La Rochelle Hôtel de Ville

L’hôtel de ville de La Rochelle est le bâtiment qui héberge la mairie de La Rochelle depuis 1298 ; il est pour cette raison le plus ancien hôtel de ville français encore en fonction. Il est classé au titre des monuments historiques depuis le 27 décembre 1861. Largement détérioré, le bâtiment subit, à la fin du XIXème siècle, une lourde restauration, mêlant restauration à l’identique, transformation et extension de bâtiment.
Voilà quelques détails de l’hôtel de ville.

Cliquer sur les photos pour voir la série.







La Rochelle

En titre, j’aurais pu écrire :  « gris » ou « mouillé » ou « froid »… Mais contre vents et marées, c’est presque le cas de le dire… j’ai tout de même choisi de sortir. Car La Rochelle me tentait bien. Très belle ville avec ses rues à arcades à n’en plus finir, un hôtel de ville somptueux, impossible à prendre en photo car en cours de rénovation, et ses fameuses tours qui ferment l’entrée du vieux port. J’ai regardé les cartes postales des boutiques, pour me rendre compte de comment cela doit être beau avec du ciel bleu ! Et au loin, une régate, des voiliers, le pont pour accéder à l’île de Ré.

Cliquer sur les photos pour voir la série.





La Corderie Royale

A Rochefort, le magnifique bâtiment de la Corderie Royale est né de la volonté de Louis XIV et de Colbert, son ministre, de créer une puissante flotte de guerre. Colbert décide d’établir un arsenal à Rochefort, au bord de la Charente. Le bâtiment de 374 m de long, posé sur un radeau de poutres de chêne pour pallier l’instabilité du terrain marécageux, est une manufacture de cordes. Sa grande longueur s’explique par le besoin de confectionner des cordages longs d’une encablure, soit 200 m. Et à cet endroit, travaillèrent beaucoup de cordiers.

Non loin de là, j’ai aussi visité le chantier de l’Hermione, dont vous avez peut être vu la présentation dans Thalassa le trimestre dernier. Projet assez fou de reconstruire une frégate de l’époque de Louis XIV avec les mêmes moyens techniques.
La journée morne, grise et bien arrosée a donc été bien occupée !

Cliquer sur les photos pour voir la série.