Turckheim

En 743, la ville est citée pour la première fois dans la charte de Wissembourg comme villa viticole.
Blottie au pied d’un vignoble réputé « Le Brand », Turckheim a su préserver son caractère moyenâgeux avec trois portes et d’importants vestiges du mur d’enceinte.
« Han sori zu Fir und Liacht » (Prenez soin de l’âtre et de la chandelle) : telle était la recommandation que le veilleur de nuit adressait à ses concitoyens lorsqu’il entamait son service. Elle était d’ailleurs la raison d’être de cet emploi municipal : éviter les incendies. Le dernier veilleur de nuit de Turckheim sera Mathias JAMM, qui prit la relève de son père Joseph JAMM (veilleur de 1873 à 1920) avec son frère Auguste, décédé lors des combats de la libération de la Poche de Colmar. Les progrès des temps modernes, la généralisation des installations électriques notamment, signeront son arrêt de mort. En 1953, la société d’histoire décide de remettre ce personnage à l’honneur, en assurant des rondes. Depuis plus de 50 ans, du 1er mai au 31 octobre, le chant du veilleur résonne à nouveau dans les rues de la vieille Cité à l’occasion de la ronde de 22 heures pour la plus grande joie des habitants et des visiteurs. Aujourd’hui, ils sont trois à avoir pris la relève et à se relayer au cours de la saison touristique.

Cliquer sur une photo pour voir la série