Nancy jardin éphémère 2021

“Eaux de vies_” : c’est le thème de l’année 2021. L’eau est un élément essentiel à la vie et donc aux plantes. La scénographie du 18e Jardin éphémère, en forme de goutte d’eau, évoque la symbolique de la molécule H2O. Plus de quinze scènes végétales explorent notre planète bleue. En lire plus sur le site de la ville de Nancy

Visite un dimanche : beaucoup trop de monde… et deuxième passage un jour de grand vent. Personne, mais gris… enfin un peu de soleil aujourd’hui…

Cliquer sur une photo pour voir la série.

La Meuse déborde

Il n’y a pas grand chose à dire… Comme d’habitude, la Meuse a coupé plusieurs routes d’accès aux villages. Les habitants doivent faire des kms pour y accéder. Ce que j’ai fait, mais pour la balade…

Cliquer sur une photo pour voir la série.

A Sorcy Saint Martin, sur le pont de la rivière

A Ville Issey près d’Euville

A Troussey

Fin d’après-midi, un peu de ciel bleu près de Vertuzey

 

Nancy Jardin Ephémère 2020

Bientôt l’automne, déjà… Revoilà le Jardin Ephémère sur la Place Stanislas de Nancy, dessiné en forme d’oeil. “Terre ou Désert. Il fait dialoguer le végétal avec les arts visuels et invite des scientifiques à débattre avec le public des enjeux écologiques … Seize objectifs braqués sur l’aride ou le fertile, le froid ou le chaud, le sec ou l’humide.”

Voir la série en cliquant sur l’image.

Nancy Jardin Ephémère 2019

En version “jour” et “nuit” voici le 16ème Jardin Ephémère de Nancy : “Empreinte” qui explore les rapports de l’homme avec la nature.

Il est né d’une image dans un catalogue d’exposition, celle de la dernière création verrière d’Emile Gallé, figure emblématique du mouvement artistique de l’École de Nancy. La « main aux algues et aux coquillages » de 1904 est le ferment qui a ensemencé la création végétale et culturelle de la place Stanislas. Lire la suite sur le site de la ville de Nancy ! qui vous donnera une meilleure explication que moi

Cliquer sur la photo pour voir la série.

Le Mur

Infos tirées du site du Mur

Le MUR Nancy est un projet artistique et culturel, mis en place et mené par quatre passionnés nancéiens (Grégory Bertin, Pierre Ligier, Séraphin Armand et Julien Pesce), s’inspirant d’une association préexistante dans la ville de Paris….
…L’engouement pour l’art urbain est devenu considérable. Le succès remporté par des événements nationaux et le grand nombre de commandes publiques impulsées par les municipalités en témoignent largement. En région Lorraine, de nombreuses initiatives voient également le jour : expositions, résidences d’artistes, festivals et événements dédiés sont autant de marqueurs de cette émulation autour de l’art urbain….
…En mettant en place ce projet sur le mur du centre commercial Saint Sébastien, l’association Le MUR Nancy souhaite créer un espace d’expression pour les artistes et s’engager dans une démarche de sensibilisation des publics. Ainsi, le MUR Nancy est à la fois un projet de production artistique et de médiation culturelle. Il œuvre dans le but de concilier ou réconcilier le spectateur avec le graffiti et le street art, en présentant les multiples facettes de ces mouvements. Enfin Le MUR Nancy, à l’image de ses homologues français (Paris, Bordeaux, Marseille, Mulhouse, Saint Étienne, etc.) est un projet qui s’engage en faveur de l’art contemporain et de son développement dans la ville et le territoire lorrain…

Chaque 3ème samedi du mois une nouvelle œuvre remplace la précédente.

En octobre/novembre 2019, c’est le tour de Popay.Il faisait partie des figures majeures pour tout amateur de la discipline. Il a traversé de nombreuses orientations artistiques, du tag pur à l’abstraction, en passant par le figuratif. Artiste incontournable et inclassable.

Cliquer sur la photo pour voir la série.

Expo Rudy Morandini

Jusque ce dimanche a lieu le Festival Camille Claudel à La Bresse (sculptures sur bois). Il est encore temps de se prévoir une sortie…

A cette occasion, j’ai découvert l’exposition d’un artiste alsacien inattendu : Rudy Morandini

Ces œuvres sont d’une finesse et légèreté incroyable, et pourtant… il sculpte des corps de femme avec des écrous. Lire sa page Facebook qui en dit un peu sur la technique. Et en discutant avec lui, il m’a expliqué qu’un moulage en terre est le début de la création de la pièce. Ensuite il se sert d’un système (genre pantographe) pour reporter tous les points où seront soudés les écrous.

Chaque œuvre représente entre 150h et 500h de travail … et contient entre 1500 et jusqu’à 10 000 écrous soudés les uns aux autres, soit 5000 à 50 000 points de soudure … mais quand on aime, on ne compte pas n’est-ce pas ?

Cliquer sur une photo pour voir la série.