Saint-Nicolas

Saint-Nicolas !
En Lorraine, on connait la légende des trois petits enfants… Mais on connait moins celle du sauvetage en mer. La voici :
« Un jour où saint Nicolas se rendait en pèlerinage en Terre Sainte, il rencontra un marin et lui prédit qu’une horrible tempête allait se lever en mer. La prédiction se révéla juste. Le marin qui se trouvait sur son bateau avec tout son équipage fut pris dans le mouvement tumultueux des flots. La tempête fut si puissante que tous les passagers se crurent perdus ; mais Nicolas rendit le calme à la mer et les personnes à bord furent sauvées. Depuis ce jour, les marins ont choisi Saint-Nicolas comme patron de leur corporation. Lorsque la tempête se lève et qu’ils se sentent en danger, ils demandent au saint de veiller sur eux. Saint-Nicolas devient le saint patron des bateliers, pêcheurs, marins et mariniers, déchireurs de bateaux et débardeurs. » A Nancy, l’Association La Passerelle a organisé la fête de ce Saint Nicolas sur l’eau. Cette première édition fut très sympathique, et on espère reproduire l’an prochain.
Cliquer sur une photo pour voir la série


Jardin Ephémère 2018

Le 15e Jardin Ephémère de la place Stanislas, « Japonica », s’inspire du Japon et célèbre les relations privilégiées que Nancy entretient avec Kanazawa depuis 45 ans. Très belle réalisation cette année. J’ai beaucoup aimé !

Voici un lien vers le facebook de la ville, où on voit une photo de la Place Stan prise depuis un drone.

Cliquer sur une photo pour voir la série


Place Stanislas

Pour clore cet itinéraire artistique, visite du Musée des Beaux Arts. Si les fenêtres du 2ème étage n’étaient pas habillées de rideaux opaques, on aurait une belle vue sur la Place Stanislas.
J’ai glissé le téléphone derrière ces rideaux.
Voilà le résultat, un point de vue inhabituel !

Toutes les photos des articles précédents sont visible sur Chrisncy’s Photos

Biblio Ginkgo

« Livre entre les lignes », née dans le cerveau bouillonnant de l’architecte Jérôme Piquant, est une œuvre de commande de l’association nancéienne Gink’Go. Cet arbre à livres urbain s’installera définitivement dans le Parc Sainte Marie. Avant son ancrage définitif, il voyage.
Dans le jardin du Livre sur la Place et du Jardin éphémère, l’harmonieux cube de métal, empilement de fines tôles d’acier Corten, s’offre ses premiers visiteurs.
A quelques mètres de distance, la cavité découpée donne à voir la forme simplifiée d’une feuille de Ginkgo biloba.

Traits d’union

En 2013, la Ville de Nancy a commandé au designer Robert Stadler une œuvre signalant, à l’extérieur de la galerie, la programmation contemporaine que le public peut y trouver.
Associant disques lumineux et sculptures mobilières, cette création du designer autrichien de réputation internationale, fait dialoguer art contemporain, patrimoine et design. Une œuvre qui se poursuit à l’intérieur de la galerie.
Source : l’art à portée de rue, édition 2018

Morse Attacks

Après une première présentation à Nantes dans le cadre de l’édition 2017 du “Voyage à Nantes”, le Morse débarque dans le quartier du Muséum-Aquarium.
Cette oeuvre rappelle l’histoire du soldat américain John Steele qui est resté accroché au clocher de l’église de Sainte-Mère-Église le 5 juin 1944, la nuit précédant le débarquement de Normandie. Sa démarche artistique étant toujours basée sur une nouvelle narration détruisant les anciennes représentations, Gilbert Coqalane a détourné avec humour ce fait historique, en remplaçant le soldat par une reproduction à l’échelle du Morse des collec­tions du Muséum-Aquarium (130kgs, 3,9m de long).

Point de vue

Pierre Bismuth a réalisé 8 demi-sphères réfléchissantes dans le cadre du projet de sculptures pour la manifestation « Nancy 2005, le temps des lumières.
Posées à même le sol, aux pieds des principaux édifices du XVIIIe siècle, elles nous invitent à jouer avec notre reflet et celui de l’exceptionnel patrimoine architectural environnant : Porte Sainte-Catherine, Place de l’Alliance, la Cathédrale, Porte Desilles, Porte Stanislas, Place de la Carrière, Arc de Triomphe Héré, Place Stanislas.
Ces oeuvres font actuellement l’objet d’une restauration et seront remises en place à partir de novembre 2018.