Meung sur Loire

L’ancien fief des Évêques d’Orléans a fêté ses 810 ans en 2019. Cette forteresse est l’une des plus anciennes de la Loire, en témoignent ses deux façades d’époques différentes : la première médiévale, date du 13ème siècle, l’autre, plus classique, date du 18ème siècle.

Malgré sa vocation originelle, son histoire ne fut nullement militaire puisqu’elle fut le siège des Évêques d’Orléans.

Visite libre dans ce château entièrement meublé, des souterrains (qui servirent de prison), aux greniers (lieu de séchage du linge)

Cliquer sur une photo pour voir la série

Châteaux du Loiret

Découverte de quelques châteaux et bâtiments religieux du Loiret. Quelques uns seulement… car il y en a bien plus, par exemple, voir ICI

Château de Combreux. Le château est reconstruit sur un édifice du XVIe siècle entre 1887 et 1905 dans un style néo-médiéval. Cliquer sur l’image

Oratoire carolingien de Germigny des prés. Construit entre 803 et 806 par l’évêque d’Orléans Théodulf. Cliquer sur l’image

La Ferté Saint Aubin. Cliquer sur l’image

Abbaye de Fleury Saint Benoit sur Loire. Après un incendie en 1026, l’église actuelle est reconstruite et sa tour-porche occupe une place importante au début de la période dominée par l’art roman, par la haute qualité des sculptures des chapiteaux. Cliquer sur l’image

Sully sur Loire. C’est à la fois un bâtiment fortifié, destiné à défendre (donjon construit en 1395) le pont sur la Loire mais aussi d’apparat, pour organiser les réceptions fastueuses données par le seigneur. Cliquer sur l’image

Orléans

Un peu de résumé historique (raccourci)…

Après avoir conquis la Normandie en 1415 et le Bassin parisien en 1420, les anglais mettent le siège devant Orléans en octobre 1428. La capture du Dauphin Charles VII, réfugié hors de la ville, est envisagée… Les affrontements commencent et Orléans est bientôt peu à peu coupée du reste du Royaume. Le ravitaillement commence à manquer et une partie de la garnison quitte la place. Les anglais sont près de la victoire.

Jeanne d’Arc quitte alors la Lorraine. Elle rencontre Charles VII à Chinon, puis rejoint Blois et Orléans. Son arrivée réconforte la population et galvanise l’armée. Les anglais finissent par quitter la ville. Le siège est levé, et Jeanne d’Arc reçoit un triomphe. La ville n’a jamais oublié cette libération et la fête chaque année le 8 mai.

Je n’ai pas compté le nombre de statues de Jeanne d’arc dans cette très jolie ville… mais il y en a !

Cliquer sur une photo pour voir la série.

Place du Martroi

Vieilles maisons à pan de bois

La loire

Gien

Le château a été construit de 1494 à 1500 pour Anne de France (aussi appelée Anne de Beaujeu), fille de Louis XI. Il s’agit, avec le château d’Amboise, des deux châteaux du Val de Loire à avoir été bâtis avant l’arrivée des influences italianisantes et constituant ainsi un exemple de Pré-Renaissance purement Français. L’ornementation est faite à base d’appareillage de briques polychromes, créant des motifs. Le bâtiment hébergea Henri II avec Catherine de Médicis, puis Louis XIV et Anne d’Autriche durant la Fronde.

Le Pont de Gien se compose de 12 arches d’inégales grandeurs s’appuyant sur 11 piles très fortes et deux culées d’extrémité. D’un aspect monumental, il est construit en pierres de taille et moellons piqués quoique plusieurs voûtes et tympans soient composées de matériaux de petites dimensions. Ce pont a une longueur totale de 282,16 mètres entre culées.

Cliquer sur les photos pour voir la série.

Briare Pont Canal

J’ai quitté les montagnes pour ce nouveau voyage. Me voilà dans le Loiret.

Aujourd’hui découverte du Pont Canal de Briare. Le site du tourisme en Loiret décrit très bien cet ouvrage. En voici quelques extraits :

Une centaine de ponts-canaux ont été édifiés en France au cours des siècles. A tout seigneur tout honneur, le canal de Briare est le plus ancien puisqu’il fut construit sous Henri IV, notamment par l’entreprise Eiffel entre 1890 et 1896.

La renommée du pont-canal de Briare vient de la prouesse technique, humaine et esthétique des ingénieurs de la construction. La mission du pont-canal était d’enjamber la Loire pour permettre aux péniches de relier directement le canal du Berry et le canal latéral à la Loire avec le canal de Briare, et de connecter ainsi les bassins de la Saône et de la Seine.

Le résultat est à la mesure des ambitions et des moyens mis en oeuvre : pas moins de 662 mètres de long, soutenus par 15 travées de 40 m de long et 11,50 m de large, le tout suspendu à 11 m au-dessus du fleuve et pesant 13 680 tonnes (30% plus lourd que la Tour Eiffel !). Longtemps détenteur du « titre », le pont-canal de Briare figure aujourd’hui parmi les plus grands du monde.

Cliquer sur les photos pour voir la série.

Cliquer sur les photos pour voir la série.

Cliquer sur les photos pour voir la série.

Vars Le Château

Matinée occupée à me balader au dessus de Vars pour atteindre le Château. De château il ne reste que quelques pierres écroulées. Mais de là-haut, superbe vue vers le Sud, Vars et l’Eyssina (qui culmine à 2837 m d’altitude), et vers le Sud, Guillestre, Mont-Dauphin et les Ecrins, dont le Pelvoux (3943m).

C’est parce que, de la vallée de la Durance, sa masse imposante cache une bonne partie du massif des Écrins – dont son point culminant, la Barre des Écrins – que le Pelvoux était pris pour la plus haute montagne de la région et cela explique aussi pourquoi il a longtemps donné son nom au massif tout entier.

Cliquer sur les photos pour voir la série.

Vars et l’Eyssina

Les Ecrins

Col Agnel

C’est un des derniers cols (à la frontière avec l’Italie) encore fermé à cause de la neige. Il est le deuxième plus haut col (2744m) routier des Alpes françaises juste derrière le col de l’Iseran (2 764 m).

Cliquer sur les photos pour voir la série.

Le Pain de Sucre (3208m) et le Pic d’Asti (3220m)

Vue sur les Ecrins

Fin de la balade avec les marmottes

Col de l’Izoard

Le Col venait d’être rouvert à la circulation. Il devait faire une météo plus clémente… mais voilà… la pluie était là. Ce qui a renforcé encore l’impression lunaire de cet endroit. Et j’étais seule 🙂

J’avais déjà écrit sur ce col. Revoir l’article ici.

Cliquer sur les photos pour voir la série.

La Casse Déserte

La Casse Déserte

Au col, vue vers le Nord