Bergheim

Le site de la mairie de Bergheim décrit la ville ainsi :
“Charmante cité médiévale, Bergheim, de par sa situation à la limite de la haute et de la basse Alsace, connut une histoire riche et tumultueuse. Ses origines se perdent dans la nuit des temps, car, déjà au cours de la préhistoire, le territoire de Bergheim avait attiré l’homme ainsi que devaient le confirmer les fouilles effectuées au Grasberg.”
Je suis tombée sous le charme de cette petite ville, loin de l’agitation des localités alsaciennes plus touristiques , surtout en cette période de préparation de Noël.
Il faudra que j’y retourne pour explorer les remparts.
Pour voir la série, cliquer sur les photos.



Obernai

Carrefour romain, puis villa royale mérovingienne, “Ehenheim” (Obernai) est citée pour la première fois en 778, et nommée Oberehnheim en 1242 pour se distinguer de Niederehnheim (Niedernai). On suppose que la ville était la propriété des Ducs d’Alsace puis des monastères de Hohenbourg (actuel Mont Sainte-Odile) et de Niedermunster, les deux couvents fondés par Sainte Odile et son père. La lecture du site de tourisme nous apprend que la ville fut impériale puis royale.
Epargnée par les destructions de la Seconde Guerre Mondiale, malgré les incorporations de force dont témoigne le Mémorial du Mont National, la ville connaîtra un essor économique et touristique remarquable à partir des années soixante. En vingt ans, sa population double et Obernai devient un important pôle d’emplois.

Pour voir la série, cliquer sur les photos.



Strasbourg, la gare

La gare actuelle de Strasbourg, construite par les autorités allemandes sur les plans de l’architecte berlinois Johann Eduard Jacobsthal, a été inaugurée le 15 août 1883, et remplaça dès lors la gare d’origine.
La vaste place en hémicycle se situant devant la façade de l’édifice a été déterminante pour le choix de l’emplacement de cette gare.
Avec l’arrivée du TGV Est en juin 2007, la gare de Strasbourg était devenue trop petite. Elle a donc été réaménagée et inaugurée le 5 novembre 2007. La gare d’origine a été conservée mais agrandie grâce une immense verrière.

Cliquer sur les photos pour voir la série.





Strasbourg Deux Rives

Strasbourg, découverte en vélo, car à ce qu’il parait, cette ville se prête bien à ce genre d’exercice !

Bon, il faut savoir tenir sur un vélo, car le slalom est quasi permanent entre les piétons, les voitures, et les autres vélos. En effet, contrairement aux idées reçues, le réseau de pistes cyclables intra muros est… disons… discontinu !
Aujourd’hui, nous sommes partis du centre ville, en direction de l’Allemagne, et le Rhin. Après avoir côtoyé l’hôpital Civil, nous voilà à la découverte du joli Parc de la Citadelle (Vauban).
Arrivés enfin au Jardin des Deux Rives et “ascension” de la passerelle de Mimram au dessus du Rhin.

Mimram est le nom de l’architecte parisien Marc Mimram qui l’a conçue et est le créateur de nombreux ponts et passerelles en France. Cette passerelle moderne, véritable ouvrage d’art, exclusivement pour piétons et cyclistes, accessibles aux handicapés, est composée de deux tabliers qui se rejoignent au centre et forment une place de détente et un point de vue inédit sur le Rhin.
La passerelle est l’élément central du jardin et se veut un trait d’union moderne entre les deux peuples voisins.

Lors du sommet de l’OTAN de 2009 qui se tenait à Strasbourg et à Kehl, les chefs d’État emmenés par la chancelière allemande Angela Merkel se retrouvèrent le 4 avril au milieu de la passerelle où les attendait Nicolas Sarkozy arrivé lui, du côté français.

Cliquer sur les photos pour voir la série.



Photo du pont : Michel

Strasbourg à travers le temps

Passage du XVème siècle au XXIème, dans la même journée !

Premier aperçu : la célèbre Maison Kammerzell.
Construite par le célèbre négociant de fromages Martin Braun, dans ce style Renaissance très particulier, le rez-de-chaussée est en pierre et les étages supérieurs en bois sculptés avec des fenêtres en cul-de-bouteille. Les sculptures des poutres représentent des scènes sacrées et profanes, les cinq sens, les quatre âges de la vie, la foi, l’espérance et la charité et enfin, les signes du zodiaques. Sur la façade, plusieurs personnages importants de l’histoire apparaissent : César, Charlemagne, Hector et Goedefroi de Bouillon. Sur le pignon, on voit encore la poulie qui servait à faire monter les réserves au grenier.

La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg est représentative de l’architecture gothique. Avec ses 142,11 mètres, après avoir été l’édifice le plus haut du monde de 1647 à 1874, elle est actuellement la deuxième plus haute cathédrale de France après celle de Rouen. « Prodige du gigantesque et du délicat » selon Victor Hugo, la splendeur de la cathédrale est visible de très loin dans la plaine alsacienne.

Strasbourg est devenue le symbole de la réconciliation franco-allemande et plus généralement de l’Union européenne. La ville s’est progressivement spécialisée dans les fonctions politiques, culturelles, et institutionnelles. Elle est ainsi l’une des seules villes avec Genève, Montréal ou New York, à être le siège d’organisations internationales sans être capitale d’un pays.

Cliquer sur les photos pour voir la série..



Strasbourg Petite France

La Petite France est un quartier historique de Strasbourg. Il est situé sur la Grande ile de Strasbourg, qui est classée au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 1988.

Les ponts couverts de Strasbourg sont trois ponts enjambant l’Ill. Le barrage Vauban, également appelé Passage Vauban et Pont Vauban à tort, ou encore actuellement Terrasse Vauban, fut construit de 1686 à 1700 par l’ingénieur français Tarade sur les plans de Vauban à Strasbourg. Il était censé fonctionner comme un pont-écluse. Baptisé aussi « la grande écluse », le barrage était censé, en cas d’attaque, en obstruant ses arches par fermeture des vannes, faire monter le niveau de la rivière l’Ill et inonder tous les terrains situés au sud de la cité, et donc les rendre infranchissables par l’ennemi. Constituées principalement de champs et de vergers, ces zones, une fois noyées, devenaient de véritables marécages dans lesquels étaient censées s’embourber les troupes ennemies.

Enfin, l’ancienne Caisse d’Epargne est un bel immeuble de style néo-Renaissance “allemande”, construit en 1901.

Cliquer sur les photos pour voir la série.


L’ancienne caisse d’épargne

Le barrage

Les Ponts Couverts