Col Agnel

Situé à 2744 mètres d’altitude sur le territoire de la commune de Molines, le Col Agnel l’une des 3 portes d’entrée du Queyras, mais la seule depuis l’Italie, et quelle porte !
Un haut lieu d’échange entre France et Italie, et même théâtre de faits historiques majeurs, qui a acquis au XXème siècle de la notoriété via le passage des plus grandes courses cyclistes.
Il matérialise la ligne de partage des eaux entre deux fleuves : la Durance côté français et le Pô côté italien.

Un peu d’histoire (informations extraites de l’excellent site dont vous avez le lien plus haut).

  • Le Col est un col d’accès ancestral entre France (Queyras) et Italie (Val Varaita). Italiens et Français ont échangé pendant de nombreux siècles des marchandises, du bétail, des denrées agricoles, des minerais, etc.
  • En 1499 Louis XII envahit, avec l’aide de mercenaires suisses, le duché de Milan, alors fief du Saint-Empire Germanique. Suite au non respect d’une promesse, les suisses changèrent de camp et aidèrent le pape et l’ancien Duc de Milan à chasser les français, ce qui fut fait en décembre 1512. Louis XII tenta jusqu’à sa mort de reprendre ce duché, en vain. Il fallut attendre la fougue du jeune François 1er tout juste monté sur le trône pour que le duché revienne dans le royaume de France. Le col Agnel a ainsi facilité l’épisode de la traversée des Alpes par les troupes de François 1er, ce qui permis la victoire de Marignan.
  • Suite à la mort de l’empereur d’Autriche Charles VI en 1740, les rois de France, de Prusse, d’Espagne, de Naples, de Pologne et de Sardaigne se disputent l’héritage. Le roi de France s’allie avec l’Espagne. Les “Gallispans”, troupes franco-espagnoles, s’opposent aux Anglo-Sardes. Louis XV, roi de France, déclare la guerre à Charles Emmanuel III Roi de Sardaigne, avec l’intention de reprendre ce qu’il avait dû céder au Piémont en vertu de l’article 4 du traité d’Utrecht de 1713. Cette armée mise en œuvre, va passer par le Col Agnel pour atteindre l’Italie.
  • Le Col Agnel vit aussi passer les Piémontais pilleurs pendant la révolution française.
  • Jusque dans les années 1970, la route n’était qu’un gros sentier muletier, quelque peu transformé suite au passage des troupes militaires du XVIIIème siècle. Sa transformation en route carrossable a été lancée sous l’impulsion du Général Guillaume, natif et maire de Guillestre (1959-1971), un des chefs militaires les plus brillants de la seconde guerre mondiale. En 1973, le chemin fait place à une vraie route : elle est baptisée “route du Général Guillaume”. Une stèle à son hommage est d’ailleurs érigée au rocher dit d’Hannibal, sur la route du Col.

Une fois ouverte à la circulation, la route du Col Agnel est fortement empruntée, car elle permet d’accéder côté Italie à la vallée de Sanpeyre, puis à Cunéo, porte du Piémont. Elle est fermée l’hiver.

Et lorsqu’il fait beau, en haut du col, la vue est grandiose sur les Alpes françaises et italiennes

Cliquer sur les photos pour voir la série


1 réflexion au sujet de « Col Agnel »

Répondre à denis Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.