Sélestat

Les symboles de la ville sont des pas de géant, et des pattes d’ours… mais d’où cela vient-il ? Le géant est Sletto, dont un os – une côte – est conservé à la Bibliothèque Humaniste (en fait, il s’agit d’un ossement de mammouth). La légende raconte qu’il aurait fondé la ville et lui aurait donné son nom. Le lion orne les armoiries de la ville car il vient de l’illustre famille Hohenstaufen à l’origine de l’essor de la ville au Moyen-âge.
Il est impossible de faire un cours résumé de la richesse de cette ville. Elle est la troisième commune alsacienne derrière Strasbourg et Colmar pour la richesse patrimoniale.
Au cours de la période française, Sélestat est une ville militaire, fortifiée par Vauban. Elle est d’ailleurs assiégée deux fois par la Coalition au cours des guerres napoléoniennes. Les remparts sont détruits en 1874, peu après l’annexion de l’Alsace-Moselle par l’Allemagne.
« Le Rêve » est la première commande publique d’art, réalisée en 1993 à Sélestat par Sarkis. Sélestat comptait alors trois cent neuf rues. Il a donc fallu aligner autant de plaques d’émail bleues sur le mur du rempart Vauban. Autant plus quelques unes, pour honorer l’extension future de la ville. Elles portent des bribes de textes, des extraits de poèmes, quelques mots propres à déclencher le rêve…

Cliquer sur les photos pour voie la série.
La Place d’Armes

La place de la victoire et l’Arsenal

Les remparts Vauban et « Le Rêve »

Laisser un commentaire