Le lac du Der

Construit pour protéger Paris des inondations, le lac du Der-Chantecoq a pour but de renforcer le débit de la Marne en étiage et d’en atténuer l’ampleur des crues.
Le lac est inauguré le 3 janvier 1974. De nos jours, il ne reste des trois communes englouties que l’église de Champaubert. La mairie-école, l’église et son cimetière, la maison du forgeron ainsi qu’un pigeonnier de Nuisement-aux-Bois, ont été reconstruits au musée du pays du Der à Sainte-Marie-du-Lac-Nuisement.
Situé sur l’un des principaux axes migratoires français pour les oiseaux, ce site est reconnu pour son importance ornithologique majeure, puisqu’il est un lieu de reproduction, d’hivernage ou une étape dans la migration de nombreux oiseaux. On y dénombre plus de 200 espèces, dont certaines sont protégées. À ce titre, le lac du Der est également classé zone spéciale de conservation par le réseau Natura 2000 depuis septembre 1986 sur une superficie de 6 536 ha.
Il est surtout connu pour les nombreuses grues cendrées (Grus grus) (jusqu’à 70 000 ou 80 000) qui y font escale, chaque année, au cours du mois de novembre. Près de la moitié des 230 000 grues qui traversent la France feraient étape sur le lac.
Le 11 novembre 2014, le stationnement de grues cendrées (Grus grus) sur le site est impressionnant. 206 582 grues cendrées (Grus grus) ont été comptabilisées au départ des différents dortoirs par les bénévoles de la LPO. A une semaine près, on a raté l’évènement !
Le lac est à son niveau bas en décembre, pour retrouver le haut niveau en juin. La régulation est faite pas la gestion du barrage. Nous étions à la période basse.

Cliquer sur les photos pour voir la série.




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.