Saint-Brieuc

Une visite à Saint-Brieuc, préfecture des Côtes d’Armor, s’imposait.
La ville tient son nom du moine gallois Brioc (d’où le gentilé Briochin), Saint Brieuc, un des Sept saints fondateurs de la Bretagne.
Je n’ai pas été emballée, mis à part quelques belles maisons à colombages.
D’ailleurs, la rubrique économie de Wikipédia est assez claire : « La ville et ses environnements sont économiquement peu dynamiques et peu accueillants pour les entreprises ; le développement des infrastructures (par exemple, le faible déploiement de la fibre optique) ne favorisent pas l’essor économique et peu d’entreprises souhaitent s’implanter dans les Côtes-d’Armor et à Saint Brieuc en particulier. Symptôme de cette morosité, le centre-ville est l’un des plus désertés de France : les commerces y ferment en effet de plus en plus au fil des ans ».
Un bon point tout de même pour moi : Saint-Brieuc est l’une des rares grandes villes de Bretagne à ne pas avoir signé la charte Ya d’ar brezhoneg (Oui à la langue bretonne). Celle-ci vise à développer l’usage de la langue bretonne dans la vie quotidienne. Les lieux publics ne portent donc pas de signalétique bilingue ou en breton.

Cliquer sur la photo pour voir la série

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.