La véloroute Charles le Téméraire

Cette fois ci, balade vélo sur la Véloroute Charles le Téméraire.

Rappel historique ultra rapide : Charles le Téméraire est né au Palais des Ducs de Bourgogne à Dijon. Maître de l’Etat Bourguignon, son souhait le plus ardent sera de joindre en un royaume d’un seul tenant, ses terres des deux Bourgognes (ou « pays de par-delà ») et ses possessions du nord, Picardie, Artois, Boulonnais, Flandre et autres Pays-Bas bourguignons (ou « pays de par-deçà »).
Entre les deux, la Lorraine et le Duché de Bar ! qu’il essaie de conquérir à partir de 1475.
Après un siège d’un mois, Charles entre dans Nancy le 30 novembre. Le 18 décembre, il annonce aux Lorrains qu’il fera de cette ville sa capitale, laissant entendre qu’elle sera celle de son royaume.
En octobre 1476, avec une armée reconstituée vaille que vaille, Charles le Téméraire qui veut toujours sauver le trait d’union lorrain entre les Bourgognes et ses États du nord, remet le siège devant Nancy, reprise entre-temps par le duc René II de Lorraine. Là, refusant de se replier en son duché de Luxembourg, il trouve la mort le 5 janvier 1477 lors de la bataille se déroulant au sud de la ville.

Les véloroutes : par une Circulaire en date du 31 Mai 2001, intitulée « Mise en oeuvre des volets régionaux du schéma national », l’Etat a incité les Régions à développer les Véloroutes et Voies Vertes (VVV) dans le cadre de schémas régionaux. Le schéma régional des VVV de Lorraine a retenu l’itinéraire européen « Charles le Téméraire » ou « Moselle-Saône ». De la Belgique vers la Bourgogne, ou du coeur de l’Allemagne vers le Sud de la France, en passant par la Lorraine : Sierck les Bains, Thionville, Metz, Pont à Mousson, Nancy, Epinal, puis le canal des Vosges vers la Franche Comté. Pour une bonne partie, les territoires de Charles le Téméraire…
Modestement, nous avons parcouru 10 kms de cette route, entre Metz et Corny, en passant par Jouy aux Arches, en bordure de la Moselle et des étangs d’Outre-Moselle.

Pour voir la série, cliquer sur les photos.


Metz médiévale

Balade en vélo, et découverte de belles promenades dans Metz. Passage par le Parc de la Seille et son obélisque. Oeuvre d’art de onze tonnes et vingt cinq mètres de haut qui porte le nom de « Flamme de la Liberté ». Cet obélisque a été offert à la France par une chaîne de télévision japonaise en signe d’amitié franco-japonaise. Le Japon possède le même.

Après une vue sur Plantières Queuleu, et le Centre Pompidou, nous voilà devant la Porte des Allemands. Véritable petite forteresse, avec ses tours, ses créneaux en mâchicoulis, elle doit son nom aux chevaliers teutoniques qui avaient fondé un hôpital à proximité. Sa construction fut entreprise en 1230, avec l’édification d’une première porte, orientée vers le centre ville et formée de deux tours relativement étroites. Elle fut encore renforcée par la construction en 1445 de deux nouvelles tours, plus imposantes, dotées de nombreux éléments d’architecture militaire afin de contrôler l’accès au pont qui enjambe la Seille. Exemple unique en rance de pont fortifié.

Nous poursuivons par le parcours qui emprunte le chemin des corporations en bordure de l’enceinte fortifiée du 13e siècle. L’enceinte médiévale de 7 kms comprenait 38 tours et 18 portes, entretenues chacune par des corporations de différents métiers.

On passe ensuite devant l’île du Petit Saulcy et le Temple de style néo roman rhénan, construit début du XXème siècle.
Fin du circuit par le sympathique Quai des Régates. Bonne promenade !

Pour voir la série complète, cliquer sur les photos.



Xon

La colline du Xon, moins élevée que ses deux voisines (Mousson et Bouxières), domine de 356m les vallées de la Moselle et de la Seule. Nous sommes juste au dessus de Pont à Mousson.
Cette colline fut le siège de violents combats en janvier et février 1915. La place fut perdue et le terrain témoigne toujours des retranchements aménagés par les soldats. Un mémorial est érigé au sommet de la colline. De là, la vue s’étend sur la plaine en direction de Cheminot et Louvigny. On a pu distinguer la tranchée (d’un autre genre !) du TGV et les structures de l’aéroport.
Fin de la balade à Pont à Mousson. Le petit soleil du matin, nous a fait du bien !



Mondial Air Ballon 2013 #1

C’est la 13ème édition de ce rendez vous qui a lieu tous les deux ans et que je ne manque jamais…
L‘Organisation Pilâtre de Rozier est comblée de bonheur.
Le 31 juillet au soir, 408 ballons ont envahi le ciel de Chambley en même temps que des étoiles scintillaient dans les yeux des spectateurs.
Et le lendemain matin, ce sont 391 ballons qui se sont tous retrouvés alignés avant de décoller dans les airs.
Deux records mondiaux battus.
J’ai assisté au deuxième, et c’est toujours aussi magique.

Cliquer sur les photos pour voir la série.




Longwy, les émaux

Depuis plus d’un siècle, Longwy détient l’exclusivité en France des émaux cloisonnés au trait noir sur faïence. Cette technique délicate consiste à imprimer le décor en noir sur le biscuit brut, puis à remplir goutte à goutte chaque alvéole ainsi cernée avec un émail coloré. Cette technique manuelle est exécutée par des artisans chevronnés.
Une décoratrice peut travailler sur le même objet de 30 à 50 heures. Le délai de fabrication d’une pièce simple, comme un chat, est de deux semaines et peut atteindre quatre semaines pour une pièce plus complexe. Ce qui peut expliquer le prix…

Cliquer sur les photos pour voir la série.




Longwy et la citadelle

Un peu de soleil annoncé, alors… profitons en pour aller se sortir un peu ! L’idée de la journée était d’aller découvir le musée des émaux de Longwy. Mais commençons par la ville de Longwy, dont la ville haute fortifiée par Vauban.
La forteresse est construite sur un plan hexagonal, et renferme une église, un arsenal, onze casernes ainsi que cinq puits. L’accès se faisait par deux portes : la porte de Bourgogne (détruite en 1914) et la porte de France. La place-forte est ordonnée en quadrilatères organisés autour d’une vaste place centrale.
Actuellement la moitié de l’enceinte et des bastions ainsi que la porte de France sont parfaitement conservés et la plupart des bâtiments construits par Vauban y sont toujours visibles : l’hôtel de ville, l’église (et son cadran lunaire), les casernes, le puits central.

Cliquer sur les photos pour voir la série.