La Piquante Pierre

La Piquante Pierre, un des plus hauts sommets de la commune de Basse-sur-le-Rupt, de par sa situation à la fois en altitude et entourée de forêts, abrita un maquis. Ce maquis fut détruit le 21 septembre 1944 par l’armée allemande.

La Piquante Pierre devint ensuite un monument aux morts en souvenir des 83 maquisards disparus. On ne connaît pas très bien l’origine de ce monolithe situé à 1 008 m d’altitude. Il est cependant remarquable car si on le regarde bien on peut constater qu’il est formé de 4 visages, un peu à l’image des statues de l’île de Pâques. Chacun de ces visages indique un point cardinal. Et du haut de ce sommet, la vue est panoramique.

Cliquer sur les photos pour voir la série.




Colmar

Le site de la ville de Colmar s’exprime ainsi :
“Colmar : une ville à consommer sans modération !
Pour Georges Duhamel (qui l’écrivait en 1931), Colmar était la « plus belle ville du monde »… On a aussi souvent affirmé que c’était la plus alsacienne des villes d’Alsace !
Sans entrer dans la surenchère des superlatifs, Colmar reste sans aucun doute une cité tout à fait exceptionnelle par la richesse et la variété de son patrimoine historique et architectural.
Capitale du Centre Alsace, située à proximité de l’Allemagne et de la Suisse, entre les Vosges et le Rhin, Strasbourg et Mulhouse, la ville offre aux visiteurs un raccourci saisissant de plus de mille ans d’histoire européenne. Par ailleurs, Colmar garde, avec ses 67 000 habitants, un côté attachant d’une « ville à la campagne » qui fait tout son charme.”
Je ne saurais dire mieux. En tout cas, un petit circuit bien documenté et distribué par l’office du tourisme, m’a permis de découvrir cette ville incroyable !

Cliquer sur les photos pour voir la série.




Paris intra

Encore d’autres vues de Paris intra muros.
Le Viaduc des Arts ou la promenade plantée, long espace vert qui suit le tracé de l’ancienne voie ferroviaire de la ligne de Vincennes. Débutant au niveau de l’opéra Bastille au début du viaduc des Arts, elle suit une bande de terrain de 4,7 km de long jusqu’au boulevard périphérique au niveau de la porte de Montempoivre.
L’Arc de Triomphe. Détail du Haut-relief “La Résistance de 1814 par Antoine Étex”.
Et une vue de Paris, vu de la colline Montmartre

Cliquer sur les photos pour voir la série.




Paris

Voilà que j’arpente Paris depuis bientôt deux semaines. Que de facettes différentes pour cette ville où tout est démesuré, pour moi la provinciale…
J’ai découvert la Défense sous un aspect que je ne connaissais pas. Fascinant ce quartier !
Sculptures, statues, peintures, fresques, vitraux, ce sont plus de 70 œuvres d’art de tout genres, d’artistes les plus connus comme Calder, César, Mitoraj, Moretti, Deverne, aux moins connus. Depuis 1972, l’EPAD a eu une politique d’intégration d’œuvres en tout genre. La Défense est un véritable musée d’art contemporain gratuit et en plein air.
Et La Défense c’est le premier quartier d’affaires européen par l’étendue de son parc de bureaux. La statue, sculpture en bronze de Louis-Ernest Barrias, située sur ce qui était le rond-point de Courbevoie jusqu’en 1965, est toujours visible sur la place de la Défense. Elle a été érigée à la gloire des soldats ayant défendu la ville lors du siège qu’elle a subi au cours de la guerre franco-allemande de 1870.

J’ai aussi décidé de sortir un peu des sentiers battus, par la découverte du parc de Saint-Cloud, le château de Vincennes, la Grande Bibliothèque, l’expo Wolinski, le Musée d’Orsay, le défilé du 14 juillet sur les Champs Elysées. Et j’ai aussi eu la chance d’aller au concert de Madonna au Stade de France.

Cliquer sur les photos pour voir la série.




La Dombes

La Dombes – je n’ai pas fait de faute – correspond à un plateau d’origine morainique (dépôt de sable, de cailloux et d’argile) situé dans le département de l’Ain au nord-est de Lyon.
Elle est limitée à l’ouest par la vallée de la Saône et au Sud par la Côtière qui surplombe les plaines du Rhône. À l’est, la rivière d’Ain la sépare du Bugey. Seule la limite nord est peu nette : progressivement la Dombes entre en contact avec la Bresse.
Outre les étangs (plus de mille), et leur importance pour les oiseaux migrateurs, il y a d’autres richesses que je me promets de découvrir lors d’un prochain séjour. Voici mes découvertes d’aujourd’hui.
Ambérieux-en-Dombes et la tour de son château construit en 1370, monument historique depuis 1905, et des petits villages comme Romanèche et Monthieux avec leurs églises aux murs de galets apparents.
Mon voyage se termine. 6207 : c’est le nombre de kms que j’ai parcouru depuis 7 semaines… Il est temps maintenant que je me repose un peu.

Cliquer sur les photos pour voir la série.




Lyon ville

Circuit de quelques kms en ville, depuis la Croix-Rousse jusque Perrache en passant par l’Amphithéâtre des 3 Gaules, la fresque des Lyonnais, le quai Saint-Vincent, la Place des Terreaux et toutes les belles places de la presqu’ile. Du soleil, de la chaleur, beaucoup de monde et que du plaisir à découvrir cette si belle architecture.

Cliquer sur les photos pour voir la série.









L’Isle Crémieux

L’Isle Crémieux est un petit territoire délimité au NE et au NO par le Rhône et au Sud par une zone marécageuse, ce qui peut donner l’impression d’une terre émergée des eaux. Mais c’est un plateau calcaire, bordé de falaises, où sont creusées des grottes dont celles de La Balme, habitées au paléolithique supérieur. Gours, rivière souterraine, concrétions calcaires, labyrinthe dans les fentes, rien ne manque pour faire une visite passionnante.
Découverte du village médiéval de Crémieu, avec ses maisons traditionnelles aux toits de lauze, et une halle du XVème siècle. Dans un angle de celle-ci, des auges en pierre ont servi de mesure à grains. Fin du voyage avec l’orage, occasion de faire une photo bien contrastée.

Cliquer sur les photos pour voir la série.